Le Togo n’a pas encore d’antenne 5G

88

Un enregistrement audio circule sur les réseaux sociaux en l’occurrence WhatsApp et appelle les Togolais à ne pas accepter l’implantation d’antenne ou pilonne de connexion internet de cinquième génération (5G). L’auteur croit alerter sur un risque de contamination à grande échelle au Covid19 si l’antenne est implantée. Non! Le Togo n’a pas encore d’antenne 5G et aucun rapport de causalité à effet n’est encore établit.

La 5G est la prochaine génération de connectivité Internet mobile qui promet des vitesses de téléchargement et d’envoi de données beaucoup plus rapides, une couverture plus large et des connexions plus stables. Le Togo est encore dans la 3 et 4G.

Situation au Togo

Le Togo dispose de trois (3) opérateurs de téléphonie mobile, Togocom, Moov du groupe Maroc Telecom et Café Informatique. Aucun opérateur de téléphonie mobile n’a encore déployé la connexion 5G. Même pas de travaux en cours.

Togocom, l’opérateur public qui a cédé ses 51% au consortium international Agou Holding, précise que le déploiement de cette connexion n’est pas pour si tôt. Des précisions ont été données au site d’informations français latribune.fr, par le directeur général du Groupe Togocom, Paulin Alazard, le 4 mars 2020.

“Moov Togo souhaite porter à la connaissance de toutes les populations de la préfecture des Lacs que son projet d’un centre technique à Kpémé pour accueillir le câble sous-marin ne constitue aucun danger sanitaire pour les populations environnantes en particulier et pour toute la population togolaise d’une manière générale. (…) Il ne s’agit pas là, d’une installation de la 5G comme les rumeurs le véhiculent sur les réseaux sociaux, incitant les gens à des actes inciviques”, peut lire Togocheck dans un communiqué officiel de Moov, lu sur des radios locales du Togo.

Communiqué de Moov Togo
Le communiqué officiel de Moov

Appeler les Togolais à faire échec à un quelconque déploiement de la 5G en cette période de crise avec la pandémie du Covid19 est une fausse alerte.

Vidéo hors contexte

Le sonore est accompagné d’une vidéo de démolition de pilonne qui selon lui, est celle de relai de 5G et qui est à l’origine de la transmission du Covid19. Faux! La vidéo est sortie de son contexte.

La scène de démolition du pilonne dans la vidéo s’est déroulée en août 2019. Les premiers cas de coronavirus ont été déclarés en décembre 2019, à Wuhan en Chine. Soit, au moins 4 mois après la scène de démolition. Aucun rapport donc avec le coronavirus.

Aussi, ce pilonne n’est pas celui d’une antenne 5 G mais plutôt d’un lampadaire doté d’intelligence artificielle démoli par un groupe de contestataires anti-surveillance à Hong-Kong. Les images de la scène de démolition sont estampillées par le journal d’information britannique, “The Guardian”.

Capture d’écran de l’image du journal britannique “The Guardian”

La vidéo qui a accompagné le sonore est donc sortie de son contexte.

Contestation “anti-5G”

L’auteur du sonore en Mina, une des langues locales parlées au Togo, a été mis en erreur par la vague de contestation et même des actes de vandalisme contre des infrastructures de la 5G dans des pays d’Europe comme le Royaume-Uni ou le Pays-Bas.

Selon des scientifiques, la 5G présente des dangers sur l’environnement mais aussi sur l’homme. Parmi eux, la cancérologue Annie Sasco.

Le problème de la 5HG est similaire aux problèmes qu’on voit déjà avec les téléphones des générations 0, 1, 2, 3, 4 et maintenant la 5. La différence avec la 5 G est que les opérateurs vont utiliser des fréquences jusqu’alors non utilisées, des sons pulsés électromagnétiques très très rapides et qui nécessitent énormément d’antennes parce-que leur propagation est très limitée dans l’espace“, a-t-elle laissé entendre sur le plateau la chaine de la chaine de télé TV5 Monde, en décembre 2018.

Concrètement les dangers, c’est un risque accru de tumeur de cerveau chez l’adulte. Si on regarde les personnes qui ont été exposées régulièrement -et dans le passé quand-même parce-qu’il faut un certain temps pour faire un cancer fort heureusement) les gens qui utilisent le téléphone plus d’une demi-heure par jour ont un risque accru de tumeur de cerveau. On le sait chez l’adulte et je parierai que c’est également vrai chez l’enfant“, a ajouté le site web.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.