Le micro peut être un “véhicule” de la Covid-19

612

Une information qui circule sur les réseaux sociaux fait croire que le micro de journalistes est un vecteur de transmission de coronavirus et que des journalistes en ont fait les frais. Une partie de l’information est vraie.

Noel Tadegnon, journaliste à Togocheck, confirme que le risque qui provient des gouttelettes de salives invisibles projetées lors des interviews et qui peuvent se déposer sur le microphone. M. Tadegnon, recommande de couvrir légèrement et régulièrement le microphone à l’aide d’un mince sac en plastique ni trop serré ni trop large.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) basé à New York aux Etats-Unis, a publié une longue série de recommandations. Le Comité conseille l’utilisation de microphones directionnels pour maintenir une distance sûre plutôt que des micros-cravates ; de laver et désinfecter régulièrement la housse des microphones, d’essuyer et désinfecter tout écouteur avant et après usage.

Aussi, le CPJ recommande l’utilisation des objectifs à longue portée afin de maintenir autant que possible une distance sûre sur le terrain, d’utiliser des équipements mobiles de préférence à ceux qui nécessitent des câbles et surtout, de décontaminer toujours l’ensemble de l’équipement avec des lingettes antimicrobiennes. Dans le lot de matériels à désinfecter figurent aussi, les téléphones portables, tablettes, câbles, connecteurs, écouteurs, ordinateurs portables, disques durs, caméras, laissez-passer de presse et cordons.

https://gijn.org/2020/03/13/conseils-pour-les-journalistes-couvrant-le-covid-19/

Le message d’alerte prétend que 64 journalistes sont décédés dans 24 pays à travers une contamination au Covid-19, de leur micro, n’est pas vérifié. Ces chiffres ne figurent dans aucun rapport d’Organisations internationale de protection des journalistes.

Francetvinfo a publié un article sur une organisation suisse “Press Emblem Campaign” qui dit avoir recensé depuis le 1er mars “le décès des suites du coronavirus de 55 journalistes dans 23 pays”.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/des-dizaines-de-journalistes-morts-du-coronavirus-depuis-mars-selon-une-ong-suisse_3943783.html

Toutefois, FranceInfo, citant l’ONG, a indiqué que “la cause professionnelle de certains de ces décès n’est pas toujours établie“.

En conclusion, oui les micros peuvent être des véhicules du Covid-19. Les journalistes sont invités à respecter aussi les mesures-barrière telles édictées et recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.