La vaccination contre la grippe n’augmente pas le risque de contracter la Covid-19

15

« La vaccination contre la grippe augmente le risque de contracter la Covid-19 » est une affirmation qui circule sur les réseaux sociaux. Pourtant elle est fausse. Bien que l’information tire sa source d’une étude réelle faite aux États-Unis, les conclusions ont été déformées, inquiétant les internautes et les induisant ainsi en erreur.

L’étude en question mal interprétée

Nos recherches sur les origines de cette information nous ont conduits sur le site sciencedirect.com, où nous avons retrouvé l’étude en question publiée en anglais et datée du 19 juin 2020. Titrée « Vaccination contre la grippe et interférences vives de virus entre le département du personnel de la défense au cours de la saison de la grippe 2017-2018», elle est signée Greg G. Wolff de la Force de la Surveillance de la Santé des Forces Armées.

Selon cette étude, 7,8 % des personnes vaccinées contre la grippe ont eu une infection par un coronavirus durant cet hiver-là, contre 5,8 % des personnes non vaccinées.


Pour estimer l’importance de la différence entre ces deux chiffres, les épidémiologistes utilisent une fonction appelée le rapport de cote (odd ratio en anglais), qui dans le cas présent correspond à une augmentation de 36% des chances qu’une personne vaccinée ait eu aussi un coronavirus, par rapport à une personne non vaccinée. C’est ce chiffre (36%) qui a été monté en épingle dans un texte signé par Robert F. Kennedy Jr, dont l’association Children’s Health Defense milite contre les vaccins.

Pourtant, le chercheur auteur de l’étude reconnait que cette différence pourrait être due au hasard. Ses conclusions sont très claires : cette étude n’apporte pas de preuve qu’une interférence virale quelconque soit associée au vaccin contre la grippe.

Toujours selon le quotidien canadien lesoleil.com, ce n’est pas la première fois que le Children’s Health Defense interprète faussement des études sur le vaccin contre la grippe.
Les résultats de l’étude ont été déformées pour n’en retenir qu’une donnée insignifiante. L’étude affirme d’ailleurs que « Au moment de l’étude, et même au moment de la publication électronique initiale, la Covid-19 n’était pas encore existante ».
Elle précise également que «Les résultats de cette étude NE soutiennent PAS le point de vue anti-vaccination consistant à éviter la vaccination contre la grippe saisonnière et devraient en fait être interprétés de manière opposée (…)» et que « Les résultats de cette étude ne devraient pas être appliqués ou interprétés avec la COVID-19 de quelque manière que ce soit. »

L’avis des experts de la santé

Docteur Dadja Lando, point focal du programme élargi de vaccination à l’OMS, contacté par Togocheck est catégorique. « Non ! La vaccination contre la grippe n’augmente pas le risque de contracter la Covid-19. Il n’y a aucun lien entre la vaccination contre la grippe et le fait de contracter la Covid-19. »
Il explique que « La vaccination est efficace pour la prévention des maladies respiratoires et aussi contre les hospitalisations dues à des infections à pneumocoques, à la grippe ou à la coqueluche. Les malades qui ont été confirmés atteints de Covid-19 et qui présentent des maladies chroniques comme les maladies respiratoires présentent beaucoup plus de risques à faire la forme grave de la Covid.

«C’est pourquoi les pays qui ont des programmes de vaccination contre les infections à pneumocoques, contre la grippe et la coqueluche, mais aussi contre les autres maladies, doivent maintenir ces programmes de vaccination tout en prenant des mesures recommandées pour éviter la propagation de la Covid-19. », a-t-il précisé.

Des dispositions particulières qui confortent la vaccination

Plusieurs pays envisagent la vaccination contre la grippe à grande échelle.

En France, l”Académie nationale de médecine craint qu’une potentielle seconde vague de l’épidémie de la Covid-19 sévisse en même temps que la prochaine grippe saisonnière, rapporte le site d’informations médicales doctissimo.com.
Pour éviter ce “scénario catastrophique”, précise le site web de l’Académie Nationale de Médecine, dans un communiqué en date du 13 mai 2020, appelle les personnes à risque de complications de la grippe et celles présentant des facteurs de risque d’évolution sévère en cas d’infection par un virus grippal ou par le SARS-CoV-2 de se faire vacciner contre la grippe.

Sur son compte Twitter, Boris Johnson, le Premier ministre britannique, déclarait le 24 juillet 2020, qu’il souhaitait que «tout le monde se fasse vacciner contre la grippe à l’approche de cet hiver».

Le gouvernement britannique a décidé de rendre gratuit le vaccin contre la grippe aux plus de 50 ans, aux personnes vulnérables et aux jeunes enfants, craignant que l’épidémie coïncide avec celle du coronavirus, rapporte le site français d’informations, cnews.fr

Au Togo, le Ministre de la Santé et de l’hygiène publique Professeur MIJIYAWA Moustapha a annoncé le 23 Juin 2020 la reprise des campagnes de vaccination et des traitements de masse. « La Covid-19 est là, mais on ne peut pas ignorer les autres maladies épidémiologiques », a fait remarquer le ministre au cours d’une conférence de presse tenue, à Lomé, le 23 Juin 2020.

Un tour sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé nous a permis de savoir que les vaccins contre la grippe saisonnière sont utilisés depuis plus de 50 ans. Ils ont été administrés à des millions de personnes et sont particulièrement sûrs. Tous les ans, les autorités nationales de réglementation des médicaments examinent attentivement chaque vaccin antigrippal avant son homologation. Des systèmes sont en place pour surveiller tout événement indésirable dû à l’administration du vaccin et réaliser les enquêtes nécessaires si de tels événements sont signalés.

L’organisation n’a pas fait mention d’une quelconque augmentation de risque au coronavirus liée à la vaccination contre la grippe.

En clair, la vaccination contre la grippe n’augmente pas le risque de contracter la covid-19.


Nous devons éviter de nous fier à toutes les informations qui circulent sur les réseaux sociaux car elles peuvent être entâchées de contre-vérités qui peuvent induire en erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.