Aucun vaccin anti-Covid-19 n’est testé sur des enfants en Afrique

41

Une vidéo de deux minutes cinquante-huit secondes (2 min 58 sec) devenue virale et faisant cas d’un test de vaccin contre la Covid-19 sur des enfants en Afrique circule actuellement sur les réseaux sociaux.

En commentaire en-dessous de la vidéo, on peut lire « tests forcés de vaccins anti-covid en Afrique. Soit tu te fais vacciner, soit tu quittes la classe ! » La vidéo en question, publiée sur une chaine YouTube dénommée Wikileaks TV le 10 Octobre 2020 totalisait 3794 vues, 182 mentions J’aime et 108 commentaires à la date du 24 octobre 2020 (matinée).

La même vidéo relayée par la page Facebook “Humanités Classiques-Africaines”, le lundi 12 Octobre 2020, a généré plus de 8 49 mentions J’aime, plus de 272 commentaires et plus de 1400 partages à la date du 24 octobre 2020 (matinée).

« Tests forcés du vaccin Anti-Covid en Afrique-Soit Tu te fais vacciner, Soit tu quittes la classe ! – Cet homme devrait également être vacciné. Peu importe que ce vaccin soit pour le Covid ou non, on ne devrait pas faire de chantage», peut-on lire en commentaire sur la vidéo.                                           

Et pourtant, il s’agit d’une vidéo sortie de son contexte qui ne concerne aucunement des tests ou des vaccins relatifs à la Covid-19, selon des recherches et recoupements effectués par Togocheck.

Remise en contexte…

Des recherches sur la vidéo menées par Togocheck grâce aux mots clés dans l’outil de recherche, Google, et l’outil YouTube Data Viewer, révèlent que les faits se sont déroulés au Cameroun dans une école primaire du quartier New-Bell, à Douala (Cameroun).

Le site web camerounais d’informations et actualités, Actucameroun, nous en dit plus. Cet incident a eu lieu dans le cadre d’une seconde phase de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, prévue du 09 au 11 octobre 2020.

La vidéo met en scène “une dame qui refuse que l’on administre le vaccin oral contre la polio à son enfant dans une école primaire de Douala. Le fait pour le vaccinateur d’insister de manière agressive a par ailleurs amené la mère du jeune garçon à se rebiffer, créant du coup la panique et la colère de part et d’autres. « C’est l’Etat du Cameroun ; vous ne voulez pas, vous prenez votre enfant vous partez », a dit l’agent de santé en éloignant la dame de la salle de classe. Encore que le mis en cause a imposé aux parents de faire vacciner leur progéniture” ; indique le journal.

Selon le docteur Hassan Ben Bachire, secrétaire permanent du programme élargi de vaccination (PVE) du Cameroun, dont les propos sont cités par le site d’information, le360afrique.ma, “Le parent n’ayant pas été informé du passage des équipes, a refusé de faire vacciner son enfant. Le personnel de santé qui supervisait l’activité dans les tentatives de l’enrôlement de l’enfant, s’est confronté au refus catégorique du parent d’élève”.

Toujours, selon le site d’informations marocain, le360Afrique.ma, l’organisation mondiale de la santé a déclaré que, bien que le Cameroun soit à l’abri de nouveaux cas de type de poliovirus circulent dans l’environnement et chez des humains dans certaines localités des régions de l’Est, du Centre, du Littorale et du Sud depuis le mois de Mars 2020

La psychose due aux vaccins

Depuis l’avènement de la pandémie due au Coronavirus, les théories conspirationnistes sur de probables tests de vaccins sur les africains, afin de les éliminer en masse se multiplient sur les réseaux sociaux. Des campagnes de désinformation, avec à la clé, des appels à refuser tout vaccin par les africains se multiplient également. Une situation qui entraine la réticence voire le refus de certaines personnes à se faire administrer un quelconque vaccin, même les plus communs.

Le Docteur Hassan Ben Bachire, secrétaire permanent du programme élargi de vaccination (PVE) du Gabon cité par Actucameroun.com indique que « Les services de vaccination font face depuis un certain temps à une multiplicité de cas de réticences à la vaccination. Les théories du complot et les rumeurs sur les origines de la Covd-19 en sont certainement la cause. Cette situation met aussi à l’épreuve notre façon de communiquer ».

Mais, selon les précisions du site d’informations, le360Afrique, l’enfant a finalement été vacciné par le gouverneur du littoral Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, descendu dans cette école le lundi 12 Octobre 2020.

Docteur Richard Mihigo est le coordinateur régional du programme des vaccins au bureau régional de l’OMS pour l’Afrique et coordonateur adjoint de la lutte contre la Covid-19 pour la région africaine de l’OMS.

Contacté par la chaîne internationale, la Deutsche Welle (DW), il indique que “Dans la base de données des essais cliniques qui se déroulent en Afrique dans le cadre de la Covid-19 en Afrique, à la date d’aujourd’hui il n’y a qu’en Afrique du Sud que nous avons des candidats vaccins qui sont rentrés en phase 3. Il n’y a personne qu’on pourrait enrôler dans un essai clinique sans qu’il y ait son aval personnel.”

En conclusion, la scène mise en cause dans la vidéo partagée sur les réseaux sociaux n’a aucun rapport avec un quelconque vaccin contre le coronavirus. Il s’agit plutôt d’un malentendu entre un agent de vaccination et une mère réticente à faire vacciner son enfant contre la poliomyélite.

En cette période sensible de crise sanitaire due au coronavirus, Covid-19, abstenons-nous de nous fier à toutes les informations qui sont partagées sur les réseaux sociaux ou les relayer, sans vérification préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.