Togo : Faux, L’OMS n’octroie aucune somme pour chaque décès déclaré dû à la Covid-19

107

Une note vocale en mina (voir ci-dessous) est largement diffusée sur les réseaux sociaux, notamment la messagerie WhatsApp. Selon cette note, les hôpitaux gonfleraient les chiffres liés aux décès dus à la Covid-19 afin d’obtenir des primes de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ce message vocal prétend que les centres de santé dédiés à la prise en charge des malades, inoculent le virus de la covid-19 aux patients afin de toucher des primes.

L’auteur de l’audio, une dame que nous n’avons pas réussi à identifier, adresse le message qui selon elle viendrait d’une source sûre qui toutefois n’a pas été mentionnée. Son message d’alerte serait destiné aux membres d’un groupe dénommé “Soyez unis”, les invitant à la prudence.

Vocal en mina relayé sur les réseaux sociaux

Allégations infondées et inimaginables…

Des recherches effectuées par Togocheck, il ressort que l’OMS octroie des appuis aux pays dans la lutte contre la pandémie, mais cela, indépendamment des nombres de décès dus à la maladie.

Togocheck a contacté le Professeur Mireille David, Bactério virologue au Togo. Et elle nous indique qu’il s’agit d’une allégation infondée et inimaginable. Le Professeur précise également que l’Organisation mondiale de la santé est une association fiable composée de plusieurs pays y compris le Togo et cette organisation ne peut en aucun cas poser un tel acte.

Contacté par Togocheck via WathsApp, le Docteur Kokou Mawulé DAVI, chargé du programme prévention et contrôle des maladies au bureau de l’OMS au Togo, indique que “c’est faux”. Selon les précisions du docteur, “L’OMS n’a jamais donné d’argent à qui que ce soit dans le cadre de la réponse à l’épidémie de Covid-19. Ce n’est même pas son rôle et cela ne fait pas partie de ses prérogatives”.

Les vraies actions de l’OMS dans le cadre de la pandémie

Dans le cadre de cette pandémie, indique le Docteur Kokou Mawulé DAVI à Togocheck, ce que l’OMS fait est de conseiller et surtout d’apporter un appui technique aux pays.

De plus, poursuit le docteur, le premier rôle de l’OMS est de surveiller la maladie, de surveiller les tendances de l’épidémie dans le pays afin de lui fournir des directives pour mener des actions idoines.

L’organisation mondiale de la Santé, bien avant le premier cas confirmé au Togo avait déjà commencé à appuyer le pays dans la prise de mesures préventives. Dans ce contexte, le bureau de l’OMS au Togo a effectué le 14 Février 2020, un ” don de matériels pour renforcer la prévention des infections et la lutte contre les maladies.

L’agence sanitaire a également lancé un appel à contribution pour un fonds de riposte contre la Covid-19 à travers son site internet officiel who.int. Selon l’organisation, ces fonds “serviront à financer les activités du Plan stratégique de préparation et de riposte”. 

Mais, dans cette liste d’actions, ne figure aucune aide financière spécifique octroyée aux hôpitaux du Togo ou de quelque autre pays, en fonction des nombres de décès dus à la Covid-19.

Des corps mis dans des sacs mortuaires ?

L’une des informations de la note vocale, indique que les corps des victimes de la pandémie sont hâtivement mis dans un sac mortuaire suite à leur disparition.

Docteur Koffi Ebenezer Vovolité Agbétiafa, Directeur préfectoral de la santé du Golfe, contacté par Togocheck explique que, suite au décès, les dépouilles mortelles sont immédiatement mises dans un sac mortuaire et il est organisé un enterrement sécurisé pour éviter le risque de propagation post-mortem.

Il ne s’agit donc pas d’une stratégie pour dissimuler les corps afin de mieux gonfler les chiffres des décès.

En conclusion, affirmer que l’OMS verse une aide financière aux hôpitaux en fonction du nombre de morts de la Covid-19 déclarés, est simplement “FAUX”. Au contraire, l’organisation appuie techniquement avec du matériel et financièrement, les pays dans la mise en place et le déroulement des mesures de riposte contre la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.