Covid-19 : “OMS SOLIDARITY” n’est pas un vaccin contre la Covid 19

106

Sur les réseaux sociaux, circule une vague de confusion tendant à faire croire que l’OMS a initié des tests de vaccins appelés “OMS Solidarity”. Mais tel n’est pas le cas, selon les recoupements effectués par Togocheck. Il s’agit plutôt d’essais cliniques sur des médicaments déjà utilisés dans la prise en charge des patients atteints de la Covid-19 afin de prouver leur efficacité.

OMS Solidarity : une étude randomisée à l’échelle mondiale

Selon les informations recueillies sur le site internet de l’Organisation Mondiale de la Santé dans sa rubrique “Essai clinique « Solidarity » de traitements contre la COVID-19″, l’essai Solidarity encore appelé “Solidarity Trial” (anglais) « est un essai clinique international censé aider à trouver un traitement efficace contre la COVID-19. Mis sur pied par l’OMS et ses partenaires, c’est l’un des plus grands essais contrôlés randomisés au niveau international pour les traitements de la COVID-19 ».  

Toujours selon l’OMS, « près de 12 000 patients (…) dans 500 centres hospitaliers de plus d’une trentaine de pays. » participent à cette étude.

L’encyclopédie universelle et multilingue, Wikipedia explique. ” Solidarity Trial est un essai clinique international initié en 2020 par l’Organisation Mondiale de la Santé et ses partenaires pour comparer l’effet de divers traitements sur des patients hospitalisés atteints de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19).

L’essai doit étudier l’efficacité des médicaments et des combinaisons de médicaments contre le nouveau coronavirus SARS-CoV-21. Depuis mars 2020, plus de cent pays dont l’Argentine, le Bahreïn, le Canada, la France, l’Iran, l’Afrique du Sud, l’Espagne… participent à cet essai.

Dans son allocution liminaire lors du point presse sur la COVID-19, le 18 mars 2020, le Directeur Général de l’OMS a affirmé que « L’OMS et ses partenaires organisent donc dans de nombreux pays ‎une étude dans laquelle certains de ces traitements non testés sont ‎comparés les uns aux autres. ‎Cette vaste étude internationale est conçue pour produire les ‎données fiables dont nous avons besoin, afin de nous montrer quels ‎sont les traitements les plus efficaces. Nous avons appelé cette étude l’essai SOLIDARITY, l’essai clinique « de la ‎solidarité ».‎

Dans sa déclaration liminaire lors du point de presse sur la Covid-19 animée le 18 mars 2020, le Directeur général de l’OMS, Docteur. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a expliqué l’objectif de ces essais qui est ” (…) de réduire considérablement le temps nécessaire pour générer des preuves solides sur les médicaments efficaces contre la Covid-19.

Les résultats ?

Dans un communiqué de presse publié le 15 octobre 2020 sur son site internet, l’OMS indique que « En seulement six mois, le plus grand essai contrôlé randomisé au monde visant à évaluer les traitements contre la COVID-19 a produit des preuves concluantes sur l’efficacité des médicaments réaffectés au traitement de la COVID-19. Les résultats préliminaires de l’essai clinique Solidarity, coordonné par l’Organisation Mondiale de la Santé, indiquent que les schémas thérapeutiques à base de remdesivir, d’hydroxychloroquine, de lopinavir/ritonavir et d’interféron semblent avoir peu ou pas d’effet sur la mortalité à 28 jours ou sur l’évolution de la maladie chez les patients hospitalisés. ».‎

Il faut préciser que Solidarity n’est pas le seul essai clinique mené à ce jour afin de trouver un traitement pour la Covid-19.

Le professeur Bruno Lina est chercheur au Centre international de recherche en infectiologie de l’Université Claude-Bernard-Lyon-1, interrogée par la radio française RFI lors de l’émission Priorité santé publiée le 9 avril 2020 sur son site internet rfi.fr, indique que ” Il y a de très nombreux essais cliniques en cours en France et à l’étranger. Uniquement en Chine, dans les deux premiers mois, 92 essais cliniques ont été réalisés.”

L’Encyclopédie Wikipedia, précise également que « En moins de cinq mois, de nombreux essais cliniques, internationaux ou nationaux, ont été lancés (plus de 500 essais au 21 avril 2020), dont certains concernent la réutilisation de médicaments préexistants. Parmi les essais, on trouve notamment l’essai mondial Solidarity, l’essai européen Discovery, l’essai français Covidoc, ou l’essai britannique Recovery.»

En conclusion, Solidarity n’est pas un vaccin comme tenteraient de le faire croire certains internautes. Il s’agit d’une affirmation détournée à laquelle on ne peut se fier. Togocheck conseille de toujours douter des informations qui circulent en cette période de crise sanitaire sur les réseaux sociaux. Du faux peut s’y cacher.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.