Les personnes vivant avec le VIH : plus vulnérables à la Covid-19 ?

115

Les personnes testées positives ou atteintes du VIH-SIDA sont-elles plus vulnérables que les autres face à la Covid-19 ? La question suscite inquiétudes et interrogations des internautes sur les réseaux sociaux. 

L’origine de cette question a tout son sens, puisque l’un des effets marquants du virus du SIDA sur les personnes atteintes est l’affaiblissement du système immunitaire du malade, ce qui donne libre accès à ce dernier de développer plusieurs maladies, qui entraînent le décès. Mais depuis l’avènement de la Covid-19 et au regard de l’état actuel des connaissances, aucune donnée attestée n’indique ou ne permet de justifier que les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) sont plus susceptibles de contracter le virus de la Covid-19, que le reste de la population.

Pas de risque particulier…

Contacté par Togocheck via la messagerie WhatsApp, docteur Damien Ekue KOUVAHEY médecin généraliste indique qu’aucune étude n’a encore prouvé que les personnes séropositives ne peuvent pas résister à la Covid-19. Toutefois, précise-t-il, le système immunitaire des Personnes Vivant avec le VIH est plus défaillant que celui des autres.

Sur son site internet, l’association Promotion Santé Valais en Suisse abonde dans le même sens. « Il n’y a actuellement aucune évidence que les personnes vivant avec le VIH courent un risque plus élevé de développer le SRAS-CoV-2 que les autres personnes de la population. Les mêmes considérations de risque s’appliquent donc que pour la population générale. »

Aussi, précise l’article, « Les principaux facteurs de risque pour tomber gravement malade par le COVID-19 sont: – Âge plus avancé (> 65 ans), – Maladies concomitantes telles que les maladies cardiovasculaires, – Diabète, – Les maladies pulmonaires chroniques, – Les maladies rénales, l’hypertension artérielle, – Patients sous immunosuppression / traitement de cancer (par exemple par chimiothérapie, immuno-suppresseurs, médicaments immuno-modulateurs, etc.). »

Le site internet de la Société Française de Lutte contre le Sida (SFLS) consulté par Togocheck indique dans un rapport en date du 12 mars 2020, qu’à ce jour, aucune donnée scientifique ne permet d’affirmer que les personnes vivant avec le VIH sont plus exposées au risque d’acquisition de COVID-19 ni qu’elles développeront une forme plus grave de l’infection. Néanmoins, toutes les personnes séropositives et leur entourage doivent prendre les précautions recommandées, puisqu’il s’agit d’un nouveau virus pour lequel beaucoup d’inconnues persistent.

Interrogée par “Actions Traitements”, une association de patients agréée en France le docteur Radia Djebba, Coordinatrice médicale à Sida Info Service (une association française qui permet d’obtenir des renseignements sur les questions relatives au VIH au SIDA, les IST etc.), se veut rassurante. Selon elle, si les porteurs du VIH ont une bonne fonction immunitaire, il n’y aurait donc pas de risque de contamination ou d’aggravation en cas de contamination par le coronavirus qui soit supérieur à celui des personnes en bonne santé.

L’Organisation Mondiale de la Santé quant à elle rappelle dans sa section «Questions-réponses COVID-19, VIH et antirétroviraux », publiée le 30 novembre 2020 sur son site internet, que les personnes vivant avec le VIH qui ne suivent pas de traitement antirétroviral (TAR) et qui présentent une faible numération de CD4, en particulier celles chez qui la maladie à VIH est à un stade avancé, courent un risque plus élevé d’infections opportunistes et de complications liées au sida. Cependant, les données disponibles sur le risque éventuellement accru d’infection par le SARS-CoV-2 et/ou de complications cliniques liées à la COVID-19 chez les personnes vivant avec le VIH par rapport à la population générale évoluent et sont contradictoires.

Selon l’OMS la prévalence des facteurs de risques connus d’infection par le virus de la COVID-19 et de complications associées, tels que les cardiopathies, les maladies rénales, le diabète, les pneumopathies chroniques, l’obésité, ainsi que d’autres comorbidités et co-infections, comme la tuberculose, peut-être plus élevée chez les personnes vivant avec le VIH.

Les recommandations de l’ONUSIDA

ONUSIDA, le programme des Nations sur le VIH, indique sur son site internet qu’à l’instar de la population en général, les personnes âgées vivant avec le VIH ou les personnes séropositives ayant des problèmes cardiaques ou pulmonaires sont potentiellement exposées à un risque plus élevé de contracter le virus et de développer des symptômes plus graves.

Le programme Onusien en appelle donc l’opinion à ne pas porter de jugement, stigmatiser ou discriminer ces personnes porteuses du virus du SIDA en cette période de la pandémie au Covid-19. Aussi, elle rappelle le respect des règles d’hygiène et les mesures barrières pour limiter la propagation du virus. « Suivez les consignes sanitaires officielles s’appliquant dans votre zone. », indique l’ONUSIDA.

Quid des rapports sexuels ?

Le coronavirus SARS-CoV-2 n’est pas une maladie sexuellement transmissible mais plusieurs facteurs et actions peuvent favoriser sa propagation. Selon plusieurs études, le nouveau coronavirus, SARS-CoV-2, peut être contracté facilement lors des rapports sexuels impliquant un contact physique avec le ou la partenaire. À cet effet, la probabilité de transmission est très élevée lors des échanges de baisers impliquant la salive infectée. Néanmoins aucun cas de contamination via le sperme ou les sécrétions vaginales n’ont à ce jour été signalé.

En général les personnes vivant avec le VIH courent le même risque de contracter la Covid-19 que n’importe quel autre individu ; même si une attention particulière doit être accordée aux patients souffrant de maladies graves, chroniques ou de comorbidités, selon l’OMS et ONUSIDA. 

Pour se protéger, le respect total des recommandations sanitaires et mesures d’hygiène est donc plus nécessaire chez ces patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.