Faux : Les masques chirurgicaux ne contiennent pas de « morgellons »

448

Les fausses informations sur les masques chirurgicaux et les dangers que leur utilisation peut entrainer sur la santé sont massivement partagées sur les réseaux sociaux.

Une vidéo de 3 minutes 52 secondes ( accessible via le Lien YouTube ) prétend démontrer que les masques chirurgicaux sont toxiques et contiennent des parasites nommés « Morgellons », Les auteurs de la vidéo, affirment que  ces morgellons sont invisibles à l’œil nu et pour les voir il faut se servir d’une coupelle d’eau chaude et d’une loupe. Ces morgellons sont très dangereux car ils peuvent monter dans le cerveau et nous ‘bouffer’ les neurones, précisent les auteurs.

 

La théorie

Réalisée par un groupe de 3 personnes (à priori), dont les visages n’ont pas été montrés mais qui s’expriment en français, la vidéo en question a été enregistrée le 11 avril 2021 lors d’un Direct sur la page Facebook « L’éveil des consciences ». Elle totalisait plus de 40.000 partages au 22 avril 2021, avant sa suppression par Facebook. Il s’agit juste d’une séquence de la même vidéo de 35 min qui a ensuite été repostée sur YouTube

Il faut noter que ce n’est pas la première vidéo qui fait allusion à la présence de “Morgellons” dans les masques chirurgicaux. Plusieurs vidéos à ce propos (1, 2, 3, 4) ont été publiées, notamment sur YouTube depuis le mois de mars 2021 à ce jour.

La sûreté et l’efficacité des masques chirurgicaux dans la lutte contre la Covid-19

Dans une interview (vidéo) publiée par Science & Vie TV sur YouTube, Jean-François Gérard, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France, explique comment les masques chirurgicaux sont faits et comment ils fonctionnent. Selon lui, les masques sont essentiellement composés de polypropylène non tissé appelé meltblown. Lors de leur fabrication, ces fibres qui sont hydrophobes, sont chargées en électricité statique, ce qui participe à leur efficacité.  

Plusieurs fausses informations sur les masques ont circulé depuis que ceux-ci ont été rendus obligatoires, notamment dans les lieux publics où la distanciation physique ne peut être respectée et dans les lieux clos.  Mais, quelles que soient ces informations, selon les docteurs et chirurgiens, principaux utilisateurs des masques, les masques chirurgicaux ne sont pas dangereux pour la santé. Ceci à condition qu’ils respectent les standards de fabrication (notamment le fait d’être filtrant et respirant) et s’ils sont bien portés par l’utilisateur.

Le site internet numerama.com dans un article dédié indique pour sa part que plusiuers fausses informations, idées reçues et théories du complot circulent à prpos des masques. Plusieurs d’enttre elles affirment que “les masques de protection seraient dangereux pour la santé en provoquant de l’hypoxie (un manque d’oxygène) et de l’hypercapnie (une trop forte concentration de dioxyde de carbone dans le sang à cause d’un mauvais renouvellement).” Mais, précise le site, pour les masques en tissu et les masques chirurgicaux, cette affirmation est totalement fausse. Pour les masques FFP2-3/N95, l’affirmation est majoritairement fausse.»

L’efficacité des masques chirurgicaux n’est plus à demontrer. Togocheck avait d ailleurs dans de précédentes publications, traité des sujets (1, 2, 3,) portant sur l’efficacité et la sûreté des masques pour la santé et dans la lutte contre la Covid-19.

Les Morgellons : De quoi s’agit-il exactement ?

D’après les recherches de Togocheck, le terme « morgellons » utilisé dans les vidéos relayées sur les réseaux sociaux, est une affection qui divise la communauté scientifique mondiale depuis plusieurs années.

Interrogé lors de l’émission Fact Show réalisée par Togocheck, le 29 avril 2021, le médecin généraliste, Damien Ekoué Kouvahey, indique que « Les morgellons n’existent pas. Il s’agit d’une maladie parasitaire qui relève d’un délire psychotique. »

 « Il y a plusieurs patients qui se plaignent d’avoir des ‘’trucs’’ qui bougent sous la peau et les études faites sur ces patients ont montré qu’il n’y avait que de la cellulose issue du coton. En rélaité, la maladie de morgellons est une parasitose psychologique, une maladie mentale, puisque les morgellons n’existent pas », précise le Docteur Kouvahey.

Une étude sur cette pathologie titrée « Histoire de la maladie de Morgellons: de l’illusion à la définition » et publiée le sur le site internet de la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis (anglais : US National Library of Medicine National Institutes of Health – NCBI),  définit les morgellons. « La maladie de Morgellons (MD) est une affection cutanée caractérisée par la présence de filaments multicolores qui se trouvent sous, sont incrustés ou dépassent de la peau. », indique l’article.

L’article précise par ailleurs que « (…) la maladie que nous connaissons sous le nom de MD (ndlr : abréviation en Anglais pour Morgellons Disease) est devenue un sujet polémique. Parce que les personnes atteintes de la maladie peuvent avoir des sensations de rampement ou de picotement et croient parfois avoir une infestation d’insectes ou de parasites, la plupart des médecins considèrent la DM comme un trouble purement délirant. »

Mais, indique plus loin l’article, « De 2006 à aujourd’hui, la littérature médicale est divisée en deux points de vue polarisés. Un point de vue est que la MD est une forme de maladie mentale délirante, et l’autre est que l’infection spirochète sous-jacente provoque une dermopathie filamenteuse qui s’accompagne d’un éventail de symptômes multisystémiques de type LD qui peuvent ou non inclure des symptômes neuropsychiatriques.»
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5811176/

Si la documentation disponible semble associer les morgellons à une maladie de la peau ou à des troubles psychiques délirants, les publications sur les réseaux les associent plutôt à des sortes de vers noirs qui se déplacent dans les masques.

« Un masque, au moment de sa fabrication, de son utilisation, de sa manipulation, peut contenir des particules microscopiques (…) Dans l’eau, ces particules peuvent donner l’impression de bouger, mais ce n’est pas sûr que ce soit des microbes ou des particules vivantes»,

Source : Docteur Damien Ekoué Kouvahey, médecin généraliste.

Des morgellons dans les masques ? Non !

Selon les expérimentations faites sur les masques chirurgicaux par des scientifiques et sources concordantes, que Togocheck a consulté, il ne s’agit ni de vers, ni de parasites, mais plutôt de fibres très fines qui sont attirées par l’électricité statique des fibres des masques et qui semblent se mouvoir.

« Un masque, au moment de sa fabrication, de son utilisation, de sa manipulation, peut contenir des particules microscopiques (…) Dans l’eau, ces particules peuvent donner l’impression de bouger, mais ce n’est pas sûr que ce soit des microbes ou des particules vivantes», explique le Docteur Kouvahey.

L’ AFP qui a traité ce sujet et en a publié un article le 08 avril 2021, a demandé à la chercheuse à l’Institut de chimie générale et physique de Belgrade, la serbe, Marina Jovanovic, d’analyser en laboratoire la surface d’un masque utilisé. Selon ses conclusions, après observations au microscope, « Ce ne sont pas des parasites ni rien de vivant. C’est juste un reste de matière ». Les conclusions d’autres expériences (1, 2) vont dans le même sens.

Louis-CharlesFortier, professeur titulaire au Département de microbiologie et d’infectiologie à l’Université de Sherbrooke (Canada), cité par le site internet canadien, ici.radiocanada, affirme que « il est impossible qu’un organisme puisse vivre très longtemps sur la paroi d’un masque chirurgical : Un organisme vivant n’ira pas s’installer dans un matériau qui ne lui offre aucune possibilité de se nourrir ou de se maintenir en vie; ça prend au minimum quelques nutriments ou de l’eau pour faire en sorte qu’un organisme ou un micro-organisme puisse survivre.»

Toujours dans le sillage de  ces vidéos virales, selon la journaliste Camille Lopez (Nouvelle fenêtre), l’Institut national de santé publique au Quebec, a analysé au stéréomicroscope des masques envoyés par des citoyens. Et selon les conclusions de la microbiologiste Judith Fafard : il ne s’agissait ni de vers ni d’organismes vivants, mais bien de fibres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.