Faux : le thermomètre infrarouge n’endommage pas le cerveau

46

Une rumeur diffusée sur Facebook fait croire que l’utilisation du thermomètre infrarouge peut endommager la glande pinéale située au fond du cerveau. Selon l’auteur de la publication, le rayonnement infrarouge émis par cet appareil attaquerait la glande pinéale. Cette affirmation ne repose sur aucune base scientifique.

D’où provient  la rumeur ?

Tout a commencé en fin juin 2020 suite au témoignage d’une prétendue infirmière australienne dénonçant les dangers du thermomètre infrarouge pour le cerveau, utilisé massivement dans plusieurs lieux publics comme aux portes des entreprises ou des transports, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Selon son témoignage, traduit de l’anglais en français, elle pose des interrogations «avec les thermomètres frontaux, est-on en train de nous désensibiliser à être visé à la tête ? Est-il anodin de viser la glande pinéale avec un rayon laser ? Pensez-vous que cela n’est pas fait dans un but précis ?»

Elle ajoute que « en tant que thérapeute énergétique, je refuse catégoriquement qu’on vise directement ma glande pinéale avec un rayon infrarouge. La plupart des gens acceptent de subir cela plusieurs fois par jour ! Notre glande pinéale doit être protégée car elle est cruciale pour notre avenir dans ce monde. »

Mais d’après les recherches (1,2) de Togocheck, cette situation parait impossible. Non seulement, la glande pinéale est profondément enfouie dans le cerveau, hors de portée des ondes, mais ce dispositif de mesure (le thermomètre frontal) est inoffensif.

A propos du thermomètre frontal infrarouge et la glande pinéale

C’est dès les débuts de la pandémie due à la Covid-19 que le thermomètre infrarouge a été vraiment vulgarisé. Se présentant en général sous forme de petit pistolet, il  sert à mesurer la température de l’homme sans contact direct avec le sujet. D’après Optris, une entreprise qui développe et fabrique des appareils de mesure à infrarouge pour la mesure de la température sans contact, les thermomètres infrarouge déterminent, à partir du rayonnement infrarouge émis par l’objet à mesurer, la température de ce dernier sans nécessiter de contact direct.

Ce thermomètre est parfois appelé à tort « thermomètre laser » s’il est aidé d’un laser pour viser, ou encore thermomètre sans contact. Il permet de déterminer la température chez l’adulte, chez l’enfant et des objets également. Un indicateur sonore et lumineux retentit ce type de  thermomètre lorsqu’il détecte de la fièvre.

Ce n’est donc pas le thermomètre qui émet le rayonnement infrarouge mais plutôt, il lit la radiation infrarouge émise par le corps humain ; et donc il ne présente absolument aucun danger pour l’homme ».

Docteur Sossinou AWOUSSI, Médecin épidémiologiste et spécialiste de santé publique au Togo

Selon Gabrielle Giraudeau, chercheuse en neurosciences à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), « la glande pinéale, ou épiphyse, est une petite glande d’environ 8 millimètres qui sécrète la mélatonine, unehormone impliquée dans les rythmes circadiens, c’est-à-dire l’alternance des phases de sommeil et d’éveil [jour-nuit] », explique la chercheuse.

Sans effet et sans danger

Contrairement aux informations partagées sur Facebook, le thermomètre frontal infrarouge n’envoie aucun rayonnement infrarouge vers le sujet pour prendre sa température.

Docteur Sossinou AWOUSSI, médecin épidémiologiste et spécialiste de santé publique au Togo précise à Togocheck que « le thermomètre infrarouge est un appareil plus ou moins complexe destiné à lire la température émise par un objet ou un être vivant.  Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, ce n’est donc pas le thermomètre qui émet le rayonnement infrarouge mais plutôt, il lit la radiation infrarouge émise par le corps humain ; et donc il ne présente absolument aucun danger pour l’homme ».

Selon les explications de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à l’AFP, le 23 juillet 2021, « l’individu testé n’est aucunement soumis à une exposition à un rayonnement infrarouge lors de la prise de température ». D’après un article de vérification publié le 22 juillet 2020, des professionnels de santé interrogés par le journal Le Monde ont également infirmé cette affirmation

Pour Marine Amouroux, ingénieure de recherche en France, la lumière du viseur, souvent blanche ou rouge, ne représente pas un danger pour le cerveau. Il n’y a «aucune possibilité» pour que le laser « atteigne le centre du cerveau où se trouve la glande pinéale », résume-t-elle.   

Les chercheuses et l’ANSM qualifient les thermomètres à infrarouge de « dispositifs passifs », « non invasifs », qui ne sont donc, en aucun cas, une menace pour notre glande pinéale, indique Le Monde. D’après le média français, l’ANSM précise n’avoir reçu « aucun signalement sur des problèmes liés à l’utilisation de ce type de thermomètre».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.