Covid-19 : Aucune preuve que les nouvelles vagues sont dues à l’inefficacité des vaccins

34

Le monde continue de faire face à la menace du virus SRAS-n-CoV2, responsable de la Covid-19. Depuis fin 2020, des vaccins ont été mis au point et les campagnes de vaccination ont débuté dans plusieurs pays du monde. Mais, la menace est loin d’être éradiquée, notamment avec l’apparition de variants plus virulents du virus, et la hausse des cas de contamination dans plusieurs pays, fortement relayée par les médias.

Dans ce contexte, une information selon laquelle les nouvelles hausses des cas de contamination enregistrées récemment dans plusieurs pays du monde, sont dues au fait que les vaccins contre la Covid-19 actuellement disponibles sont inefficaces. Et pourtant, les sources consultées par Togocheck indiquent que les vaccins contre la Covid-19 disponibles sont efficaces et ne sont pas à la base de la hausse des cas de contamination.

Nouvelles hausses des cas de contamination : oui

D’après les données compilées par le site ‘’Our World in data’’, au 23 décembre 2021 (date de rédaction de cet article), 57% de la population mondiale a reçu au moins une dose d’un vaccin contre la COVID-19. Mais, au milieu du 2e semestre 2021, la Chine, berceau de l’épidémie, Singapour le premier pays étranger où la malade a été découverte ainsi que plusieurs pays en Europe, au Moyen-Orient et même en Afrique ont déclaré, une nouvelle flambée des cas de contamination.

Vaccins contre la Covid-19 inefficaces ? : non

Plusieurs études (1, 2, 3) ont été réalisées sur l’efficacité des différents vaccins actuellement autorisés et utilisés dans la lutte contre la Covid-19.

C’est le cas de l’étude nommée « Efficacité des vaccins contre le variant Delta (B.1.617.2 ) » qui dans ses conclusions précise que : “Seules des différences modestes dans l’efficacité du vaccin ont été notées avec la variante delta par rapport à la variante alpha après la réception de deux doses de vaccin. Les différences absolues dans l’efficacité du vaccin étaient plus marquées après la réception de la première dose. Cette découverte soutiendrait les efforts visant à maximiser l’absorption du vaccin avec deux doses parmi les populations vulnérables

Epi-phare, groupement d’intérêt scientifique constitué par l’ANSM et la Cnam, apporte une expertise publique en épidémiologie des produits de santé en France, a publié le 11 octobre 2021 un article sur l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de la Covid-19. L’étude réalisée en vie réelle en France, « l’une chez 15,4 millions de personnes âgées de 50 à 74 ans (7,7 millions vaccinées comparées à 7,7 millions non vaccinées) l’autre chez 7,2 millions de personnes âgées de 75 ans et plus (3,6 millions vaccinées comparées à 3,6 millions non vaccinées). » Et selon les résultats de ces études, « tous les vaccins contre la Covid-19 sont hautement efficaces et ont un effet majeur sur la réduction des risques de formes graves de Covid-19 chez les personnes âgées de 50 ans et plus en France en vie réelle. »

Docteur Christopher Doern, directeur du laboratoire de microbiologie de la Virginia Commonwealth University, interrogé par le média américain de vérification d’informations, Verifythis.com, indique qu’il est clair que se faire vacciner réduit les chances d’une personne de mourir de COVID-19. De plus, en se référant à la courbe comparative du taux de rémission et de décès dus à la Covid-19 enregistrés dans le monde et compilé par le site worldometers.info/, à ce jour, le taux de rémission est de 97,88% alors que le taux de mortalité due à la maladie est de l’ordre de 2,13%. Une preuve que la maladie tue de moins en moins de personnes.

Expliquer la hausse des cas de contamination

Les experts avancent plusieurs raisons qui expliquent les nouvelles vagues de contamination constatées dans le monde. Parmi elles, on retrouve notamment la faible couverture vaccinale, la météo, notamment l’approche des saisons de froid dans les pays de l’ouest ainsi que le relâchement dans le respect des mesures barrières et le variant Delta.

Singapour l’un des pays les plus vaccinés du monde, a totalement vacciné 83% de sa population, renseigne le New York Times dans un article publié le 08 octobre 2021. Mais le pays a connu une nouvelle hausse des cas en octobre 2021. En comparant, sur la base des chiffres d’octobre 2021, le taux de mortalité de ceux qui n’avaient pas reçu une seule dose de vaccin avec celui de ceux qui avaient reçu deux doses, le média singapourien Straits Times est parvenu à la conclusion que les non vaccinés sont environ 8 fois et demie plus susceptibles de mourir du virus par rapport à une personne vaccinée.

D’après les constats dressés par Anne Sénéquier, médecin, co-directrice de l’Observatoire de la Santé mondiale à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) sur France TV info, aujourd’hui, plus de 80% des personnes qui sont en réanimation sont des gens non vaccinés.

Docteur Vovolité Ebenezer AGBATIAFA, Directeur préfectoral de la santé dans le Golfe, contacté par Togocheck indique que « Cette hypothèse brandie dans le monde est fausse ». Selon les explications du médecin, la vaccination n’est pas une armure que portent les gens pour éviter l’entrée du virus ou de l’agent pathogène dans le corps, mais plutôt produit un système de défense à l’intérieur de l’organisme. C’est-à-dire que le virus peut rentrer, mais n’y fera pas un long séjour et ne pourra pas entraîner des formes graves de la maladie.

C’est ce que nous constatons actuellement. Les gens peuvent se contaminer, mais lorsqu’ils sont contaminés, ils ne feront plus les formes graves de la maladie. Nous avons bien-sûr de nouvelles vagues de contamination, mais moins de décès. La létalité est inférieure par rapport à la phase de contamination que nous avions au début de la pandémie et avant l’avènement de la vaccination, a-t-il ajouté.

En clair, la récente hausse des cas de contamination à la Covid-19 dans certains pays d’Europe et d’Asie n’est pas due à l’inefficacité de la vaccination ou des vaccins mais à plusieurs autres facteurs. Par ailleurs, ces nouvelles vagues de contamination ne touchent pas tous les pays dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.