Covid-19 : Du charbon de bois réduit en poudre pour neutraliser les effets des vaccins ? Infondé !

130

Boire du charbon de bois ou de la rafle de maïs carbonisé réduits en poudre mélangés à de l’eau ou de la bière pourrait éliminer le poison contenu dans les vaccins contre la Covid-19. Telle est la teneur d’un message vocal relayé dans les groupes WhatsApp

Et pourtant, d’après les vérifications de Togocheck, rien n’indique que les vaccins actuellement disponibles sont toxiques, ni que ces mixtures auraient un effet sur la vaccination.

L’information en question

Il s’agit d’une note vocale de 2 minutes 47 secondes dans laquelle une voix féminine non identifiée s’exprime en mina (dialecte parlé dans le sud du Togo). D’après la traduction de ses propos faite par Togocheck, elle dit entre autres« Une information m’est parvenue que les blancs veulent réduire la population africaine. Le vaccin est enfin là. Moi, je vous parle depuis le Ghana. Le vaccin est arrivé en Afrique et dans d’autres pays. On nous l’a annoncé ici au journal et on nous les avait montrés. On montre également comment l’injecter à toute personne. Le problème est que même si on refuse de se faire vacciner, la vaccination sera obligatoire. On n’aura plus accès au marché, ni se rendre dans les banques pour retirer de l’argent, ni voyager. (…)

Il s’avère que l’on soit obligé de se faire vacciner, prenez du charbon de bois qu’on utilise pour faire le feu, écrasez-le pour obtenir de la poudre. Ensuite, prenez un demi-verre de bière et ajoutez une cuillerée de cette poudre. Boire le mélange matin et soir pendant trois jours pour absorber les toxines contenues dans ce vaccin. A défaut du charbon, utiliser la rafle de maïs carbonisé, l’écraser et boire en remplacement du charbon pour neutraliser le vaccin ». Avant d’inviter à partager au maximum, l’auteure précise que l’information est dite dans une langue ghanéenne et a été traduite en éwé afin d’aider les autres.

Dès l’annonce des premiers cas de malades de la Covid-19, une vague de rumeurs et d’inquiétudes monte sur les réseaux sociaux en Afrique. Fondées sur des mythes ou des interrogations légitimes, ces rumeurs se sont intensifiées depuis l’annonce d’une imminente campagne de vaccination pour faire face à la pandémie.

Au rang de ces mythes (1, 2), d’aucuns soutiennent que « Ces vaccins sont des poisons » ou que « ils sont destinés à réduire la population africaine ». Plusieurs de ces affirmations ont été démenties par des médias de factchecking dont Togocheck. Les doutes se sont accentués lorsque des pays occidentaux ont décidé de suspendre temporairement l’utilisation, notamment du vaccin d’AstraZeneca dans leurs pays. La raison étant de rares cas de caillots sanguins et de décès signalés dans le rang des receveurs du vaccin.

Même plus loin, on retrouve des chefs de gouvernements clairement opposés aux vaccins. C’est le cas du feu président tanzanien John Magufuli, qui qualifie le vaccin de « cheval de Troie qui, au lieu de soigner, va détruire la population africaine et laisser le champ libre aux “pilleurs” », écrit francetvinfo dans un article publié en février 2021. Pourtant, rien ne prouve que les vaccins contre la Covid-19 contiennent du poison ou sont destinés à réduire la population africaine.

Des remèdes pour neutraliser les effets du vaccin

Il n’a été affirmé nulle part que les vaccins contre la Covid-19 contiennent du poison.  Mais plusieurs messages s’inscrivant dans cette logique et proposant des recettes diverses ont circulé sur les réseaux sociaux. Objectif, montrer aux internautes des moyens de neutraliser l’effet « poison » du vaccin une fois qu’il sera dans le corps.

Togocheck avait démonté le contenu d’une vidéo qui recommandait de boire de l’huile rouge légèrement tiédie peut annuler les effets du vaccin contre la Covid-19 (ici).

Le média de vérification d’informations, AFP Factuel, a également démonté une information allant dans le même sens dans un article publié le 5 mai 2021. L’auteur dans ce cas, conseillait de neutraliser ou supprimer l’action du vaccin contre la Covid-19 avec de l’argile verte, le chlorure de magnésium, les pépins de pamplemousse ou le charbon végétal. Il conseillait également de prendre une capsule de charbon végétal qui absorberait « tout ce qui n’a pas été absorbé par l’argile »

Sophie Lucas, immunologue à l’Université Catholique de Louvain en France interrogé par l’AFP, a expliqué que le charbon administré par voie orale, ne peut absolument pas absorber un vaccin. D’après le spécialiste, « la capsule orale va aller dans le tube digestif et n’a aucun effet sur ce qui a été injecté dans un muscle ».

Usage du charbon de bois comme antipoison : mise au point

Dans sa note vocale, l’auteur recommande d’utiliser du charbon de bois qui sert de combustible en cuisine ou de la rafle de maïs (tronc central de l’épi sur lequel sont rattachés les grains de maïs) carbonisé qu’il faut écraser pour en obtenir une poudre.

« Le vaccin contre la Covid-19 n’est pas un poison.  Le charbon de bois utilisé à la maison est différent du charbon activé vendu en pharmacie et qui est utilisé en cas d’empoisonnement. »

Docteur Prisca TALBOUSSOUMA, médecin chef de la commune Golfe 4 et personne ressource sur la Covid19

Mais, il est important de faire la nuance entre « le charbon de bois » et le « charbon actif ou activé ». Selon le dictionnaire Larousse,  le charbon de bois est un résidu solide issu de la carbonisation du bois. Le charbon activé, c’est du charbon de bois traité à haute température pour le libérer des impuretés et des gaz. Ce qui en fait un charbon très poreux avec des propriétés d’absorption des gaz, des liquides et des toxines.

Son principe d’action est que lorsqu’il est consommé, le charbon végétal activé n’est pas absorbé par notre corps. Il reste dans l’intestin jusqu’à ce qu’il soit évacué par les selles. Et avant cela, il absorbe toutes les substances indésirables citées ci-dessus, mais aussi les toxines, les bactéries et les gaz intestinaux pour nous en débarrasser.

Malgré ces propriétés reconnues, le Centre antipoison belge, précise que « Le charbon de bois médicinal (ndlr : autre nom donné au charbon activé) n’a rien d’un antidote universel. Il ne doit pas être utilisé dans tous les cas d’intoxication. Dans certains cas il ne sert à rien et il peut même parfois entraîner des complications. La décision d’utiliser du charbon se prend au cas par cas, en fonction notamment du type de toxique, du délai écoulé depuis l’ingestion et de l’état du patient. » (1, 2)

Docteur Prisca TALBOUSSOUMA, médecin chef de la commune Golfe 4 et personne ressource sur la Covid19 explique à Togocheck lors de l’émission Fact Show du 9 décembre 2021 que « Le vaccin contre la Covid-19 n’est pas un poison. » D’après le médecin, « le charbon de bois utilisé à la maison est différent du charbon activé vendu en pharmacie et qui est utilisé en cas d’empoisonnement. » Par ailleurs, l’utilisation de ces mélanges préconisés dans les messages qui circulent sont dangereux sur le long terme pour l’organisme, notamment le foie, les reins, met-elle en garde.

En clair, utiliser un mélange de charbon moulu ou de rafle carbonisé ne permet pas de neutraliser les effets des vaccins contre la Covid-19. Par ailleurs, il faut noter qu’avant leur mise sur le marché, les vaccins contre la Covid-19 passent une série de tests appelés essais cliniques qui visent à évaluer leur innocuité et leur efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.