Rien ne prouve que la double vaccination contre la Covid-19 dégrade l’immunité naturelle

0

L’information est très plébiscitée dans les rangs des détracteurs des vaccins contre la Covid-19. Elle avance qu’au lieu de protéger et renforcer le système immunitaire des personnes dans la lutte contre la maladie, le vaccin contre la Covid-19 aurait comme effet de détruire l’immunité naturelle des personnes vaccinées.

De plus, le vaccin d’après les complotistes, empêchera le système immunitaire des personnes qui ont reçu les 2 doses d’acquérir une immunité naturelle complète contre les variantes de la Covid-19 ou tout autre virus. Or ce n’est pas le cas, l’information n’est pas vraie et est une mauvaise interprétation d’un rapport publié par le gouvernement britannique.

La théorie mise en avant

L’article titré « Le Gouvernement Britannique Admet Que Les Vaccins Ont Endommagé Le Système Immunitaire Naturel Des Personnes Ayant Reçu Un Double Vaccin » a été publié par un site internet français nommé ‘’France Medias Numérique’’, le 18 décembre 2021. Selon cet article, « Le gouvernement britannique a révélé qu’une fois que vous avez reçu le double vaccin, vous ne pourrez plus jamais acquérir une immunité naturelle complète contre les variantes du Covid – ou tout autre virus. »

Capture d’écran de l’article publié sur ‘’France Medias Numérique’’

Le message s’appuie sur un rapport de surveillance du vaccin contre la Covid-19 réalisé par l’Agence de sécurité sanitaire du Royaume-Uni et publié en octobre 2021. L’agence publie de manière hebdomadaire ces rapports de surveillance sur la grippe et la Covid-19 en Angleterre (ici).

« Ce que disent les Britanniques, c’est qu’ils ont découvert que le vaccin interfère avec la capacité innée de l’organisme, après une infection, à produire des anticorps contre la protéine de pointe, mais aussi contre d’autres parties du virus », peut-on lire dans l’article qui indique à la fin « Lisez vous-même… Page 24. » suivi du rapport en question.(ici)

Mieux comprendre ce que dit le rapport britannique

Nous avons effectué une lecture attentive du rapport, notamment les pages 23 et 24 citées dans l’article.  Et contrairement à ce qui est avancé dans l’article, le rapport ne mentionne pas que les vaccins détériorent l’immunité naturelle des personnes vaccinées. Au contraire, le document met en lumière les avantages de la vaccination sur l’augmentation des taux d’anticorps au sein de la population anglaise.

« Les niveaux d’anticorps avant la vaccination seront influencés par le temps écoulé depuis l’infection, la variante et la gravité de l’infection, ainsi que par des facteurs personnels tels que les problèmes de santé sous-jacents et l’âge. (…) le profil global plus élevé des niveaux d’anticorps chez ceux qui ont subi une infection antérieure est évident ; on s’attend à ce que la vaccination après l’infection et la percée d’infection après la vaccination augmentent les niveaux d’anticorps existants. (..) La pensée actuelle est qu’il n’y a pas de niveau d’anticorps seuil qui offre une protection complète contre l’infection, mais plutôt que des niveaux d’anticorps plus élevés sont susceptibles d’être associés à une probabilité d’infection plus faible.», peut-on lire entre autres dans le rapport à la page 24.

« Il n’a jamais été démontré qu’il existait un effet négatif de la vaccination sur le système immunitaire »

Sandrine Sarrazin, chargée de recherche de l’INSERM au centre d’immunologie de Marseille-Luminy (France) / Source : LCI

Des informations recueillies sur le site internet de Radio Canada qui a démystifié cette affirmation le 23 décembre 2021 montrent que l’article qui incrimine les vaccins a omis de mentionner que dans le rapport qu’il cite, il a été spécifié que les tests de la nucléoprotéine N détectent seulement les anticorps post-infection, alors que la protéine S détecte les anticorps post-infection et les anticorps causés par la vaccination. Conséquemment, peut-on lire, des changements dans la séropositivité concernant la nucléoprotéine N reflètent seulement l’infection naturelle.

D’après un article de vérification du quotidien canadien Le Soleil, Denis Leclerc, chercheur au Département de biologie médicale de l’Université Laval qui travaille à la mise au point de vaccins depuis une vingtaine d’années explique que « le fait que les vaccinés aient moins d’anticorps N n’est absolument pas un signe que leur système immunitaire est endommagé. En réalité, cela indique plutôt que les vaccins fonctionnent bien ».

Toujours selon Leclerc, lorsqu’une personne infectée par la COVID fait une forme grave, ça va nécessairement déclencher la production d’anticorps N, et c’est en bonne partie grâce à ces anticorps-là que celle-ci va ensuite réussir à se débarrasser du virus.

Recevoir deux doses de vaccin détruit-il le système immunitaire inné ? Non !

De manière générale, il existe deux types d’immunités : une innée et l’autre acquise. L’immunité innée encore appelée immunité naturelle désigne les capacités naturelles de l’organisme à se défendre contre des substances étrangères, comme des agents infectieux. Elles reposent essentiellement sur les défenses externes de l’organisme comme la peau et les muqueuses ainsi que les défenses internes comme les globules blancs entre autres. L’immunité acquise quant à elle est plus spécifique à un agent infectieux. C’est sur ce principe que repose la vaccination. « L’immunité acquise se caractérise donc par une mémoire immunitaire et une spécificité. La vaccination repose sur le principe de cette mémoire immunitaire. », renseigne Futura Sciences.

Alors, se faire vacciner peut-il au fil des vaccinations, fatiguer voire détruire le système immunitaire ? Sandrine Sarrazin, chargée de recherche de l’INSERM au centre d’immunologie de Marseille-Luminy (France), interrogée par le média LCI, indique qu’à travers l’ensemble de la littérature scientifique, « il n’a jamais été démontré qu’il existait un effet négatif de la vaccination sur le système immunitaire ».

Guy Gorochov, chef du département d’immunologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et codirecteur du Centre d’immunologie et des maladies infectieuses (Cimi) à Paris, interrogé par Ouest France, indique que « Pour notre système immunitaire c’est (ndlr : la dose de rappel du vaccin) simplement une stimulation parmi d’autres, cela fait partie de son fonctionnement habituel ». La vaccination contre le Covid-19 et ses rappels sont loin d’être trop agressifs pour notre système immunitaire : « À l’image du rhume qu’on a tous une fois ou deux par an, ce n’est pas cela qui va le faire vieillir plus vite ».

Docteur Prisca Talboussouma, responsable du centre de santé d’Amoutivé dans la Commune du Golfe 4 à Lomé et ‘’personne ressource’’ sur les questions liées à la Covid-19, pour sa part, a expliqué à Togocheck le 17 janvier 2022, que la double vaccination ne détruit pas le système immunitaire.

Selon Docteur Talboussouma, quand on fait la maladie, notre corps produit des anticorps contre la Covid-19. Seulement ils ne sont pas en quantité suffisante pour nous protéger contre une nouvelle infection. Elle relate que les études récentes ont montré que le nombre d’anticorps produits par les deux doses de vaccins diminue après 6 mois. Voilà pourquoi nous devons faire des doses de rappel pour renforcer les anticorps qui étaient déjà présents dans notre corps au niveau du système immunitaire.


Vaccination-info-service, précise (ici) qu’un vaccin contre une infection agit pratiquement de la même manière sur le système immunitaire que l’infection elle-même. Le vaccin a pour effet de stimuler la production d’anticorps spécifiques contre le virus ou la bactérie responsable de la maladie, ce qui nous protège si notre corps rencontre par la suite ce microbe. Chaque vaccin renforce donc les défenses immunitaires contre les infections qu’il cible. Les vaccins ne protègent que des maladies contre lesquelles on est vacciné. La protection naturelle contre les agents extérieurs (allergènes, poussières, germes pour lesquels il n’existe pas de vaccin, etc.) n’est pas modifiée par les vaccinations. Se faire vacciner contre les maladies recommandées dans le calendrier des vaccinations ne diminue donc en rien la force et les capacités de protection de notre système immunitaire.

En clair, l’affirmation selon laquelle les personnes ayant reçu les deux doses de vaccins sont plus vulnérables face aux variants de la Covid et les autres maladies que les non vaccinés contenue dans l’article est erronée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.