Cette vidéo montre une intervention d’un policier togolais et non l’attaque terroriste d’Owo au Nigéria

0

Une vidéo de 30 secondes montrant l’intervention spontanée d’un corps habillé sur un homme armé est publiée sur Twitter. D’après le message accompagnant la vidéo, elle aurait été prise lors d’une attaque terroriste dans une église catholique d’Owo au Nigéria. (Capture d’écran ci-dessous)

Capture d’écran de la publication faite sur Twitter par l’utilisateur @Talkmore Tv

Mais, contrairement à ces allégations, cette vidéo ne montre pas des évènements survenus au Nigéria, mais plutôt dans un marché de Lomé, au Togo.

Ce que dit la publication

La vidéo parvenue à la rédaction de Togocheck a été publiée sur Twitter le 5 juin 2022 par l’utilisateur « TalkMoreTv ». Elle est accompagnée du message en anglais : « One of the Owo terrorists disabled by a brave policeman moments after the attack at the Catholic church during service in Ondo. Unconfirmed report has it that over 50 worshippers were killed during the bandits attack. » (Traduction française : L’un des terroristes d’Owo mis hors d’état de nuire par un policier courageux quelques instants après l’attaque de l’église catholique pendant le service à Ondo. Selon des informations non confirmées, plus de 50 fidèles ont été tués lors de l’attaque des bandits.)

Au moment de la rédaction de cet article, le post a atteint près de 3000 vues, une centaine de retweets et 209 mentions J’aime.       

Dans la vidéo, on peut voir un homme noir vêtu d’une chemise et d’un pantalon, manipulant une arme devant des étals de marchandises. Non loin de lui, en premier plan de la vidéo, une voiture dont le capot est ouvert est visible. Pendant que l’individu manipulait l’arme en sa possession, un homme vêtu d’un treillis passe rapidement par derrière pour le plaquer au sol. Une lutte démarre entre les deux hommes. Très rapidement, un groupe de civils et d’autres hommes en treillis se mobilise autour d’eux pour neutraliser le possesseur de l’arme.

Dans la vidéo, on peut également entendre une femme crier « Prenez l’arme, prenez l’arme, Seigneur » ; une voix d’homme crier « Tuez-le en même temps. » avant que la première femme ne renchérisse « Pardon, ne le tuez pas ». Des propos qui ont tous été tenus en mina, un dialecte parlé au sud du Togo. Une autre remarque est que, les uniformes (ou treillis) portés par les forces de l’ordre dans la vidéo sont celles de la Gendarmerie et de la Police Togolaise et non celle du Nigéria.

Vidéo d’une scène du 2 juin 2022 au Togo

Une recherche dans Google avec des mots clés ont conduit vers plusieurs vidéos publiées début juin 2022 avec les mêmes images attribuées au Togo et publiées sur YouTube (ici, ici, ici et ici). On retrouve également une vidéo plus longue qui montre une voiture de couleur noire avec une plaque d’immatriculation togolaise.           

Un communiqué rendu public par le ministère en charge de la sécurité (ici), le jour de l’incident donne davantage de détails sur les faits. D’après le communiqué, le jeudi 2 juin 2022, aux environs de 12 heures, un individu nommé OUSMANE Mohamed Aboubakar, revendeur de friperies de nationalité tchadienne et demeurant au Togo depuis un peu plus de deux ans, âgé de 51 ans, a agressé au couteau, deux agents des forces de sécurité déployés au sein du dispositif de sécurisation du grand marché d’Adawlato à Lomé.

« Au moment des faits, il s’est dirigé au poste situé à l’entrée du marché d’Atikpodji où il a dans un premier temps, poignardé par surprise un gendarme à la poitrine avant de blesser grièvement son second qui est un policier. L’agresseur s’est ensuite saisi de l’arme de sa victime donnant l’impression de vouloir l’utiliser et créant ainsi une panique au lieu du crime. Il a pu être maitrisé grâce à l’intervention d’autres agents alertés par la population et avec le concours de celle-ci.

Les deux agents blessés ont été immédiatement évacués au CHU SO pour des soins. Malheureusement, l’un d’eux a succombé à ses blessures. Le second se trouve toujours en soins intensifs.

L’auteur de ce forfait – sérieusement molesté par la population – est conduit à la gendarmerie nationale qui a ouvert une enquête pour élucider les circonstances réelles de cet acte crapuleux. », peut-on lire in extenso dans le communiqué rendu public par le ministère en charge de la sécurité.         

Ledit communiqué a été lu dans l’édition du journal de 20 heures, le 2 juin 2022 sur la télévision nationale TVT (ici). L’information a également été largement reprise par plusieurs sites internet et médias togolais d’informations (1, 2, 3, 4, 5, 6).         

Réelle attaque terroriste à Owo au Nigéria

D’après les informations rapportées par plusieurs médias internationaux, (1, 2, 3, 4, 5), des hommes armés ont réellement perpétré une attaque terroriste le dimanche 5 juin 2022, jour de célébration de la Pentecôte, dans une église catholique dans l’État d’Ondo, au sud-ouest du Nigeria.    

L’attaque a eu lieu à la paroisse Saint Francis d’Owo. Le bilan dressé par les autorités locales au 9 juin 2022 fait état de 40 personnes décédées et une soixantaine de personnes toujours hospitalisées. « « De la dynamite a explosé dans l’église (…), les assaillants ne sont même pas entrés dans l’église, ils ont tiré à travers les fenêtres », a précisé à l’AFP le porte-parole du gouverneur de l’État d’Ondo, Richard Olatunde », peut-on lire dans un article publié le 05 juin 2022 par France 24.           

Les images montrant l’attaque d’Owo au Nigéria ont été diffusées le 5 juin 2022 sur la chaine YouTube de France24. Et aucune de ces images ne correspond à la vidéo publiée par l’internaute sur Twitter.           

D’après les informations (ici, ici), aucun des assaillants n’a encore été arrêté à ce jour. Et contrairement à ce que tente de faire croire la vidéo partagée sur Twitter, aucun de ces assaillants n’a été mis hors d’état de nuire par un brave policier à Owo. 

Conclusion

La vidéo de 30 secondes partagée sur Twitter qui prétend montrer une intervention policière nigériane lors de l’attaque terroriste contre l’église Saint François d’Owo au Nigéria est sortie de son contexte. Elle montre plutôt un acte spontané et héroïque d’un policier togolais sur un individu armé de nationalité tchadienne au grand marché de Lomé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.