Preuves insuffisantes pour affirmer que se teinter les cheveux cause le cancer    

0

Une publication faite sur Twitter le 07 août 2021 par l’internaute Larry Caruso, indique que la teinte des cheveux provoque le cancer. « L’industrie cosmétique contrecarre les problèmes de sécurité, d’environnement et d’atteinte à la reproduction, avec des retombées politiques parce que les vendeurs ont augmenté et que les teintures capillaires causent le cancer », affirme le message publié en anglais que nous avons traduit avec Google. (Capture d’écran).      

L’auteur du message n’a donné aucune précision sur le type de cancer qu’encourent les utilisateurs desdites teintures capillaires. Et même si plusieurs études et hypothèses scientifiques se sont penchées sur la question, aucune d’entre elles n’a pour l’heure confirmé avec exactitude que ces produits augmentent les risques de cancer. 

Teintures capillaires et cancers

La coloration des cheveux est une habitude vieille de plusieurs milliers d’années, avant Jésus-Christ. Le principe, comme l’explique le magazine Futura Sciences (ici), consiste à éclaircir, foncer ou tout simplement raviver durablement la couleur d’origine du cheveu. D’après le site internet de la fondation de lutte contre le cancer en Belgique, les teintures pour les cheveux se classent suivant leur composition qui peut être chimique ou végétale (naturelle) et la durée de leur action qui peut être durable, semi-durable ou encore de courte durée.

Selon la société canadienne du cancer, très peu de cancers ne sont causés que par un seul élément. La plupart semblent être causés par un ensemble complexe de nombreux facteurs de risque. Ces derniers, des substances ou des états qui font augmenter le risque de développer un cancer, peuvent jouer différents rôles dans l’apparition du cancer et son développement. Mais il arrive que le cancer apparaisse chez des personnes qui ne présentent aucun facteur de risque, indique l’article publié sur le site internet cancer.ca (ici).

Concernant le fait que les teintures capillaires soient un  facteur de risque dans le développement d’un cancer, plusieurs études se sont penchées sur la question. Mais, entre résultats ou conclusions contradictoires et données incomplètes, aucun lien formel n’a encore été établi.

Les produits de coloration des cheveux, d’après leur composition tout comme la plupart des produits cosmétiques, contiennent plusieurs produits chimiques dont certains sont considérés comme cancérigènes. Le blog de beauté, https://www.femininbio.com/, fait ressortir dans cet article, plusieurs ingrédients comme le « PPD, Résorcinol, ammoniaque, toluène.. », que contiennent les teintures pour cheveux et que les internautes doivent fuir car « toxiques ».    

Allant dans le même sens, un article de Harvard Health publié le 21 janvier 2021, explique que les gens sont exposés aux produits chimiques contenus dans les teintures capillaires par contact direct avec la peau ou par inhalation de vapeurs pendant le processus de coloration. D’après l’article, « l’exposition professionnelle à la teinture capillaire, telle que vécue par les coiffeurs, a été classée comme probablement cancérigène. Cependant,  poursuit l’article, « on ne sait toujours pas si l’utilisation personnelle de teintures capillaires permanentes augmente le risque de cancer ou de décès lié au cancer. »   

Aucun lien formel documenté par les études.

A l’issue d’une étude publiée dans le British Medical Journal le 2 septembre 2020, les chercheurs ont conclu qu’aucune association positive n’a été trouvée entre l’utilisation personnelle de teintures capillaires permanentes et le risque de la plupart des cancers et de la mortalité liée au cancer.

 

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), membre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont l’objectif principal est d’identifier les causes du cancer, a conclu que l’exposition sur le lieu de travail en tant que coiffeur ou barbier est « probablement cancérogène pour l’homme », sur la base des données concernant le cancer de la vessie. (Les preuves pour d’autres types de cancer sont considérées comme mitigées ou inadéquates.) Mais le CIRC considère que l’utilisation personnelle de teintures capillaires n’est «pas classable quant à sa cancérogénicité pour l’homme», sur la base d’un manque de preuves provenant d’études chez l’homme.

La National Toxicology Program (NTP) est formée de parties de plusieurs agences gouvernementales américaines différentes, notamment les National Institutes of Health (NIH), les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA). D’après les conclusions de cette institution, citée par American cancer society (ici), elle « n’a pas classé l’exposition aux colorants capillaires comme pouvant  provoquer le cancer. Cependant, elle a classé certains produits chimiques qui sont ou ont été utilisés dans les teintures capillaires comme «raisonnablement susceptibles d’être cancérigènes pour l’homme».  

D’après le dermatologue consultant, Docteur Jyothy Kannangath dont les propos sont rapportés par le site indien de vérification Thip.media (ici), «Plus de 5 000 produits chimiques différents sont utilisés dans les produits de teinture capillaire, dont certains seraient cancérigènes (causant le cancer) chez les animaux. Les premières formulations de teintures capillaires contenaient des produits chimiques, notamment des amines aromatiques qui causaient le cancer chez les animaux. Du milieu à la fin des années 1970, cependant, les fabricants ont modifié les composants des produits de teinture pour éliminer certains de ces produits chimiques. On ne sait pas si certains des produits chimiques encore utilisés dans les teintures capillaires peuvent causer le cancer.

Pour conclure

Même s’il peut être soupçonné à travers des hypothèses, des associations ou des observations spontanées, aucun lien clair et formel n’a encore été établi entre le fait de se colorer (ou teinter les cheveux) et celui de développer un cancer. D’après les experts, teinter ses cheveux n’est pas susceptible, tout seul, de causer le cancer. De plus, de nombreux facteurs sous-tendent le développement d’un cancer, notamment les antécédents familiaux, les mutations génétiques, le régime alimentaire et le tabagisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.