Faux, cette vidéo ne montre pas des djihadistes frappés par la foudre au Burkina-Faso

0

Sur WhatsApp, circule une vidéo de 29 secondes montrant plusieurs motos et des corps calcinés au sol non loin de hautes flammes. D’après le message qui accompagne la vidéo, la scène s’est passée au Burkina ‘’hier’’ et il s’agit des corps de djihadistes sur lesquels des populations d’un village ont envoyé la foudre alors qu’ils se préparaient à y commettre leur forfait. (Capture d’écran ci-dessous)

Capture d’écran du message relayé sur WhatsApp

Mais les recoupements effectués par Togocheck indiquent qu’il ne s’agit pas de djihadistes calcinés par la foudre et que la scène ne se passe pas au Burkina-Faso.

A propos de la vidéo

La vidéo en question dure 29 secondes. On y voit plusieurs corps, nus, brulés vifs et éparpillés au sol sur une large étendue à côté de motos et d’arbres également calcinés. Au fond de la vidéo, on peut voir une haute structure en flammes. Sur un côté de la scène, des secouristes et les populations s’affairent. Nous n’avons pas pu identifier, au prime abord, la langue parlée par les personnes dans la vidéo.

Une recherche inversée d’images avec l’outil Tineye a permis de déboucher sur un article de factchecking publié le 5 octobre 2021 et illustrée par une photo issue de la même vidéo. La fausse information en question, indiquait qu’il s’agissait de bandits qui auraient été incendiés dans l’Etat de Zamfara, au Nigeria.

Une autre recherche inversée d’images sur Google a débouché sur la même vidéo factcheckée par le média nigérian de vérification d’information, dubawa.org, le 3 octobre 2021 (ici). Mais cette fois-ci, le message qui accompagnait la vidéo laisse croire qu’il s’agit de bandits peuls qui ont été frappés par la foudre alors qu’ils voulaient s’attaquer à une communauté dans le nord du Nigéria.    

Le message qui accompagnait la vidéo qui nous est parvenue s’inscrivait d’ailleurs dans cette dernière logique, sans pour autant donner de précisons sur la date exacte désignée par « hier ».

Vidéo d’une scène en Tanzanie – 2019

Une autre recherche inversée d’images sur Yandex a fait ressortir une image similaire illustrant un article publié le 10 et mis à jour le 26 octobre 2019. D’après cet article publié par le blog malais, https://www.gentn50.com/, les images montrent une scène qui s’est déroulée en Tanzanie.

« (…) 69 Tanzaniens (…) ont été tués alors qu’ils tentaient de voler du pétrole à un pétrolier renversé. (…) Alors que les habitants se bousculaient pour obtenir du carburant, le véhicule a soudainement explosé. Plusieurs témoins ont affirmé qu’une victime tentant de retirer la batterie du camion serait à l’origine de l’explosion.  Mais un autre témoin a déclaré que la cause de l’accident était un homme fumant une cigarette tout en remplissant une bouteille d’huile, provoquant l’explosion du camion-citerne », peut-on lire, entre autres dans l’article que nous avons traduit du malais avec l’outil Google Traduction.         

C’est cette version de l’histoire qui est d’ailleurs publiée par les différents médias de vérifications qui ont analysé cette vidéo (ici, ici, ici, ici).

Une recherche avec les mots clés « Tanzanie+explosion+pétrole+2019 » a fait ressortir plusieurs autres images et articles de l’incident avec la précision qu’il s’est déroulé en périphérie de Morogoro, à près de 200 km à l’ouest de Dar-es-Salaam, la capitale tanzanienne. (Captures d’écran des recherches sur Google).

Capture d’écran des résultats de recherche sur Google
Capture d’écran des résultats de recherche sur Google

D’après les recoupements que nous avons effectués sur différents médias d’informations (ici, ici, ici), l’incendie a été causé par l’explosion d’un camion-citerne qui s’est renversé sur la chaussée et duquel plusieurs personnes essayaient de récupérer le carburant qui s’en échappait. L’incident s’est déroulé au matin du samedi 10 août 2019 et a fait au moins 64 morts et plus de 70 blessés, selon le premier bilan.

En comparant les images de la vidéo qui circule sur WhatsApp à la vidéo du reportage publié le 10 août 2019 par la chaine arabe Al Jazeera, on se rend compte qu’il s’agit du même endroit avec la même scène macabre.  

Conclusion

En clair, la vidéo de 29 secondes accompagnée du message « Burkina hier, les djihadistes sont arrivés dans un village pour encore commettre leur forfait sans compter sur la puissance des populations. Celles-ci ont envoyé la foudre et les djihadistes ont été calciné comme ce que vous voyez sur cette vidéo », a été sortie de son contexte. Elle montre les victimes de l’explosion d’un camion-citerne à Morogoro en Tanzanie, le 10 août 2019 et non des djihadistes frappés par la foudre alors qu’ils allaient attaquer un village au Burkina Faso.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.