Factchecking : Une dizaine de journalistes togolais et béninois renforcent leurs capacités à Lomé

0

Une dizaine de journalistes et vérificateurs d’informations ont pris part à une session de renforcement de capacités en factchecking à Lomé. La session s’est déroulée les 10 et 11 octobre 2022 dans les locaux de Togocheck. Elle a rassemblé des journalistes béninois du Forum sur la Gouvernance d’Internet au Bénin (FGI-Bénin) et togolais de l’initiative de vérification d’information, Togocheck.

Ce renforcement de capacités est organisé dans le cadre du projet de jumelage entre initiatives francophones dans la lutte contre la désinformation avec le soutien de l’organisation internationale de la francophonie (OIF). Il s’est agi, pendant deux jours, pour les participants de renforcer leurs capacités en matière de factchecking. Occasion pour le groupe, de faire également un tour d’horizon des contours des fausses informations, les moyens de les reconnaître ainsi que les techniques et outils pour les vérifier.

Dans un contexte où les réseaux sociaux, notamment les plateformes de messagerie instantanée et le web publient des informations tous azimuts, il prévaut un « désordre informationnel ». Une situation principalement due à la diversité et à la multiplicité des sources d’information. Ainsi, dans sa posture de diffuseur de la bonne information, le factcheckeur doit adopter certains réflexes afin de bien assumer son rôle.

Pour ce faire, douter de tout, en particulier des informations que nous recevons des réseaux sociaux, se départir de l’émotion, briser les chaînes de partage d’informations, sont quelques-unes des astuces données par le formateur (également vice-président du COAWEB structure mère de Togocheck), Noel Kokou TADEGNON aux participants lors des échanges.

Ganiath Bello, journaliste béninoise, représentante de FGI-Bénin et participante à cette session, a quant à elle rappelé à ses collègues que pour être crédible et produire du contenu crédible, « le factcheckeur doit être strict, rigoureux avec lui-même » dans sa démarche de rédaction d’un article de factchecking.

«Cette formation m’ a permis de développer de nouvelles compétences en matière de factchecking et d’apprendre aussi l’attitude à adopter en face d’une information : avoir le réflexe d’aller à la vérification de l’information avant de la diffuser », affirme pour sa part, Atman BOUBA , participant à cet atelier.

Il faut noter qu’à la suite de cette formation conjointe, les deux structures collaborent pour la vérification d’informations et la diffusion de contenus vérifiés sur les différentes plateformes et les réseaux sociaux pendant au moins 6 mois. Pour rappel, Togocheck est une plateforme togolaise de vérification d’informations mise sur pied par le centre d’observation et d’analyse du web (COAWEB). FGI-Bénin est quant à lui, un cadre multi-acteurs pour la Gouvernance de l’Internet. Il vise à favoriser la viabilité, la robustesse, la sécurité, la stabilité et le développement de l’Internet dans les espaces géographiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.