Des jeunes de Cinkassé et Kpendjal formés aux techniques de lutte contre la désinformation

Des jeunes des préfectures de  Cinkassé et de Kpendjal participent  à une  formation des formateurs sur la lutte contre la désinformation à Kara. Organisée par le Centre d’Observation et d’Analyse du Web (COAWEB) initiateur du média de vérification des faits Togocheck, cette formation se tient du 27 au 31 mai 2024.  

Elle intervient après celle d’une première étape qui a réuni à Kara  une vingtaine de jeunes des préfectures de Tône et Kpendjal-Ouest.

Le projet s’inscrit dans le cadre d’un programme de sensibilisation et de formation à l’endroit des communautés de la région des Savanes. Il bénéficie de l’appui de l’agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à travers son Programme régional d’appui aux pays côtiers (PRAPC). Dans un contexte où cette région est confrontée à une crise sécuritaire avec la propagation de fausses informations,  cette initiative permettra aux participants de mieux distinguer les fausses nouvelles des informations authentiques sur les plateformes de médias sociaux. La finalité est de limiter la propagation de la désinformation dans cette région. 

Noel Kokou TADEGNON, formateur

Il s’agira aussi de mobiliser des influenceurs locaux à travers la création de contenus promouvant la vérification des faits qui seront diffusés sur les médias sociaux. L’initiative vise à renforcer leur engagement dans la lutte contre la désinformation et à renforcer  la résilience de leur communauté face à la menace des groupes extrémistes violents. 

La première étape de cet atelier s’est tenue du 20 au 24 mai et a réuni une vingtaine de participants venus des préfectures de Tône et Kpendjal-Ouest. Le représentant résidant adjoint de l’USAID au TOGO Kyle SEELEY avait rappelé aux participants qu’ils ont été sélectionnés sur la base de leur engagement à la culture de la paix et à la cohésion sociale. Il les a exhortés à faire preuve d’assiduité afin d’aider à leur retour leurs communautés à lutter efficacement contre la désinformation.

Des participants

Après cette étape de formation, les participants devront de retour dans leurs communautés organiser des séances de restitutions afin de sensibiliser les populations sur les dangers de la désinformation; dans cette dynamique, ces communautés apprendront à identifier les  fausses informations et à briser ainsi la chaîne de propagation de ces fausses nouvelles qui affaiblissent la cohésion sociale et la paix dans leurs milieux.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Related Posts