Faux : Manger de l’oignon cru après une morsure de serpent n’aide pas à vomir le venin

Rien n’atteste l’astuce partagée sur les réseaux sociaux selon laquelle croquer 3 oignons peut sauver une personne victime d’envenimation après une morsure de serpent. L’oignon n’est pas un antivenin. Pratiquer cette astuce pourrait au contraire s’avérer dangereuse pour le patient.

D’après une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, notamment sur YouTube et Facebook, l’oignon cru serait un remède efficace en cas de morsure de serpent. La vidéo montre un collage de 4 images : une photo de 3 oignons, une photo d’une personne mordue par un serpent, une image d’un serpent engloutissant le doigt d’une personne et une photo d’un serpent s’apprêtant à mordre une main.

Capture d’écran de la vidéo relayée dans un groupe WhatsApp
Capture d’écran de la publication sur YouTube de la vidéo par le compte Guinée Plitik TV

Le narrateur dans la vidéo dont on écoute que la voix en off, n’a pas précisé son nom. Il indique partager une expérience qu’il a vécue en 2003 lorsqu’il était en Côte d’Ivoire en tant que médecin du contingent nigérien. Selon ses propos, ne trouvant pas de sérum antivenimeux pour soigner un habitant de la localité de Ferkessédougou en Côte d’Ivoire, mordue par un serpent, il lui a été recommandé par un gardien travaillant avec eux, de donner 3 oignons à la victime afin qu’elle le croque et l’avale. Cette dernière a alors vomi tout le venin avant d’avoir fini de manger les 3 oignons.  Le narrateur dans la vidéo insiste sur le fait qu’il a été témoin de cet événement et que le remède est testé et approuvé.

La vidéo d’une durée de 5 minutes 08 secondes a été publiée sur YouTube par le compte Guinée Plitik TV, le 14 octobre 2020. Elle a cumulé 93 vues au 20 janvier 2023 (date de rédaction de cet article). L’auteur de la vidéo ne donne aucune précision quant à son nom afin de remonter jusqu’à lui.(Capture d’écran ci-dessus)

Une recherche inversée d’images avec la capture d’écran de la publication sur YouTube, a révélé que la même vidéo avait été précédemment publiée le 6 janvier 2020 sur le compte YouTube “My Life Style” (ici) et cumulait plus de 5000 vues puis sur Facebook (ici) le 10 juillet 2021. Cette publication cumulait plus de 12.000 vues et 134 commentaires, entre autres. (Captures d’écran ci-dessous)

Capture d’écran de la publication en date du 6 janvier 2020 sur le compte YouTube “My Life Style”
Capture d’écran de la vidéo relayée sur Facebook

La même recherche inversée montre que l’image utilisée pour la vidéo a été utilisée pour illustrer d’autres articles sur des sites internet (ici, ici). La même information a été partagée sous forme textuelle (ici, ici, ici) par des internautes dont Patrice Valentin Abalao sur sa page Facebook, le 28 avril 2022, Au 19 octobre 2022, le message cumulait plus de 1500 J’aime et  17.367 partages. Mais, Facebook l’a censurée en tant que fausse information, démentie par des organes de vérification indépendants.

Morsures de serpent : Ce qu’on en sait

Selon l’OMS, dans un article en date du 17 mai 2021, “chaque année, il se produit 5,4 millions de morsures de serpents entraînant de 1,8 à 2,7 millions de cas d’envenimement (intoxication par une morsure de serpent). On compte entre 81 410 et 137 880 décès et environ 3 fois plus d’amputations et d’incapacités définitives chaque année.” Les régions présentant les plus gros chiffres étant l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine. En ce sens, l’OMS estime que les morsures de serpents sont “sans doute la plus grande crise de santé cachée du monde”.    

Il faut savoir que la plupart des serpents sont inoffensifs. En effet, tous les serpents ne sont pas venimeux (exemple de la couleuvre) et tous les serpents ne mordent pas (cas du python ou encore du boa constricteur). Le venin du serpent lui sert principalement à capturer ses proies afin de se nourrir, ou parfois à se défendre. En cas de morsure d’un homme par un serpent, il s’agit le plus souvent d’une réaction de défense du serpent, puisque, ce dernier considère l’homme comme un prédateur potentiel. (1, 2)     

L’OMS explique que “les morsures de serpents venimeux provoquent des urgences médicales. Elles peuvent entraîner des paralysies sévères susceptibles de bloquer la respiration, des troubles sanguins pouvant aboutir à des hémorragies fatales, des insuffisances rénales irréversibles et des destructions tissulaires locales sévères susceptibles de provoquer des incapacités définitives et l’amputation d’un membre.”

Dans les pays tropicaux, certains gestes courants en thérapeutique traditionnelle sont souvent responsables d’une forte aggravation des lésions locales. La pose de garrot, (…) les incisions et scarifications souvent pratiquées avec des instruments septiques, provoquent des surinfections et des hémorragies, indique le magazine scientifique Futura-sciences (ici).     

Le meilleur moyen d’après les spécialistes, de sauver une personne mordue par un serpent, est de lui administrer un vaccin anti venimeux. Il faut savoir enfin que d’après les spécialistes, “une fois sur deux environ, le serpent venimeux n’injecte pas son venin lors de la morsure. Dans ce cas, on parle de morsure sèche : elle n’engendre que des symptômes locaux.

Vomir le venin de serpent après une morsure ? Impossible

D’un point de vue physiologique, l’idée selon laquelle du venin projeté dans les yeux ou injecté dans la peau et qui rentre dans le sang soit recrachée par la bouche est peu probable.

D’après le médecin-chef de la PMI de Dimbokro, en Côte d’Ivoire, Docteur Djéhan Basile, questionné par le média ivoirien de vérification, eburnietoday, « le venin ne peut pas être évacué par voie digestive puisque le venin est injecté par le serpent par voie sous cutanée ou intramusculaire lors de la morsure (…) une fois dans le corps [il] va rester pour une partie dans la zone de la morsure et ensuite passer dans le sang. Une fois dans le sang, le venin ne va pas pouvoir repasser à l’extérieur en vomissant. C’est impossible ». 

L’oignon n’est pas un anti venin en cas de morsure de serpent !

Dans le message relayé sur les réseaux sociaux, l’auteur de l’information ne précise pas par qui ce remède a été testé et approuvé, encore moins la branche de la médecine qui en fait la promotion. Tous les spécialistes questionnés réfutent l’efficacité de la consommation d’oignon cru en cas de morsure de serpent.

Au centre antipoison de Dakar, au Sénégal, que l’AFP a contacté, la réponse est sans équivoque : “l’oignon n’est pas un remède contre la morsure de serpent”.

Benjamin Garcia est administrateur et formateur à La Ferme Tropicale, une animalerie française spécialisée dans l’élevage et la formation en reptiles et amphibiens. D’après lui, recourir à cette pratique “ (…) est complètement inutile, et sans aucun fondement scientifique. Les oignons n’ont aucun effet sur les serpents et leurs morsures. De plus, dans la publication, le serpent pris en exemple est un boa, dépourvu de venin donc, renforçant le caractère peu sérieux de ce post”

AFP Factuel a interrogé Ashley Kemp, directrice à l’African Snakebite Institute, un organisme sud-africain spécialisé dans la recherche sur les morsures de serpents, sur cette prétendue ‘’astuce”. D’après ses explications, le réflexe doit être d’immobiliser d’abord la victime puis la conduire dans un centre médical le plus tôt possible.

D’après les spécialistes, le temps est un facteur déterminant en cas de morsure de serpent suivi d’envenimation. Selon Ashley Kemp, le fait d’avaler “n’importe quelle substance est une perte de temps, car cela ne fait rien pour ralentir ou arrêter la propagation du venin (…) Manger des oignons n’a aucun effet contre le venin de serpent (…) manger des oignons donnerait très probablement des nausées à la victime d’une morsure de serpent, ce qui pourrait plutôt entraîner de graves complications”, a-t-elle confié.          

Docteur Koffi KOUDOUVO, maître de conférences Cames en Ethnobotanique-Ethnopharmacologie et Enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences de l’Université de Lomé, que Togocheck a interrogé affirme que d’après ses connaissance et recherches rien ne confirme ce remède. D’après le spécialiste, avant d’attester ce remède il faudrait d’abord l’expérimenter, mais si ce remède était vraiment prouvé, il aurait été valorisé comme un antivenimeux.

Il existe des témoignages de prise en charge d’envenimation par des plantes notamment (ici, ici). Mais, au regard du flou informationnel qui entoure cette pratique, la meilleure option reste de se rendre dans un centre de santé pour une prise en charge, le plus tôt possible.     

C’est faux !

En clair, rien n’atteste l’astuce partagée sur les réseaux sociaux selon laquelle croquer 3 oignons peut sauver une personne victime d’envenimation après une morsure de serpent. L’oignon n’est pas un antivenin. Pratiquer cette astuce pourrait au contraire s’avérer dangereuse pour le patient. La meilleure solution en cas de morsure de serpent reste d’identifier le serpent responsable de la morsure et de se rendre le plus tôt possible dans un centre de soin ou pharmacie la plus proche pour se faire administrer un sérum antivenimeux.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
Read More

Consommer de la viande de porc accompagnée d’une boisson alcoolisée est-il dangereux ? Pas toujours vrai

La consommation modérée de la viande de porc et de la bière, d’après les recoupements, n’est pas nuisible pour la santé. Mais, au regard des différences dans l’organisme de chaque individu, il est important que chacun soit à l’écoute de son corps afin de connaitre les aliments qui sont préjudiciables pour sa santé ou non.