Le COAWEB forme des jeunes de Tône et Kpendjal-Ouest sur la lutte contre la désinformation

Une vingtaine de jeunes femmes et hommes venus des préfectures de Tône et Kpendjal-Ouest dans la région des savanes bénéficient du 20 au 24 mai 2024 à Kara, d’une formation de formateurs sur la lutte contre la désinformation. Ces bénéficiaires acteurs de paix et de cohésion sociale dans leurs différentes communautés, proviennent des conseils préfectoraux, des médias et des associations de jeunes.

L’initiative s’inscrit dans le cadre d’un programme de sensibilisation et de formation à l’endroit des communautés de la région des savanes sur les techniques de lutte contre la désinformation. Elle est soutenue par l’agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à travers son Programme régional d’appui aux pays côtiers (PRAPC).

L’objectif de cette formation est de renforcer les capacités des participants à pouvoir identifier les fausses informations relayées sur les plateformes des médias sociaux et les contrer à l’aide d’outils de vérification des faits, afin de limiter la propagation de la désinformation au sein de leurs communautés. 

Cette formation intervient dans un contexte où la situation sécuritaire dans la région des savanes a amplifié une crise de l’information qui engendre une vague de désinformation sur les réseaux sociaux ; une situation qui entraîne un flux d’informations qui empêche les populations de pouvoir déceler le vrai du faux. L’initiative constitue une réponse à cet état de fait qui cause un climat de confusion, de peur et la stigmatisation de certains groupes ethniques, affaiblissant ainsi la cohésion communautaire et la résilience face à ces groupes. 

Le représentant résidant adjoint de l’USAID au TOGO Kyle SEELEY au cours de la cérémonie d’ouverture de ladite formation a rappelé aux participants qu’ils ont été sélectionnés sur la base de leur engagement à la culture de la paix et de la cohésion sociale ; de ce fait il les a exhortés à faire preuve d’assiduité afin d’aider à leur retour leurs communautés à lutter efficacement contre la désinformation.

Pour le formateur et vice-président du COAWEB Noel Kokou TADEGNON, cette initiative vient à point nommé : « nous savons tous que les fausses informations constituent un danger et mettent en difficulté la cohésion et la paix sociale ; et les acteurs de l’extrémisme violent utilisent beaucoup les fausses informations pour atteindre nos communautés. Dans le cadre de la lutte contre l’extrémisme violent, on ne peut pas élaguer l’aspect lutte contre les fausses informations. Pour nous, il est important de regrouper ces jeunes dans une formation, de leur donner les outils qu’il faut afin de pouvoir aider aussi leurs communautés a faire face aux fausses informations. Plus nous serons nombreux à nous engager dans la lutte plus elle sera efficace. »

Les participants pour leur part ont remercié les initiateurs de cette formation et exprimé leur intérêt à ce programme qui va leur permettre de lutter efficacement contre la désinformation, et sensibiliser leurs communautés sur ses dangers ; une démarche qui va contribuer à promouvoir la culture de la bonne information, la paix et la cohésion sociale:  « En venant à cette formation j’avais deux attentes, voir mes capacités pratiques renforcées dans le domaine de la lutte contre la désinformation , et voir toute sa pertinence dans mes domaines d’action. Je peux dire que déjà à l’entame de cette formation ces attentes ont été répondues parce que je réalise combien la lutte contre la désinformation peut contribuer à respecter les droits humains ou a lutter contre l’extrémisme violent et contribuer à la culture de la paix. » C ‘est ce qu’a déclaré LALLE Miname, participant à la formation.

Cette formation représente une étape du processus de renforcement des capacités des participants. Une deuxième vague mobilisera des acteurs des préfectures de Cinkassé et Kpendjal toujours sur le même contenu. 

Des influenceurs locaux seront également mobilisés dans le cadre de ce programme à travers la création de contenus de sensibilisation et de formation qu’ils diffuseront sur les médias sociaux, ces mêmes canaux qui constituent les relais de propagation des fausses informations. 

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Related Posts