Boire de fortes doses de vitamine C ne peut pas empêcher une grossesse !

L’affirmation selon laquelle prendre de fortes doses de compléments de Vitamine C à la place de la pilule du lendemain pour éviter une grossesse ne repose sur aucune preuve scientifique


Prendre de fortes doses de vitamine C après un rapport sexuel non protégé aurait les mêmes effets que la pilule du lendemain et permettrait d’éviter une grossesse non désirée. C’est ce que recommande une vidéo de 28 secondes diffusée sur les réseaux sociaux. Et pourtant, cette recommandation ne repose sur aucune base scientifique.

La vidéo en question est postée le 4 février 2023 sur la page Facebook « Farusha Evolution» avec pour titre en anglais : «PUT THE PLAN B PILL DOWN- Vitamin C is a NATURAL day after remedy for slip ups» (Mettez fin à la pilule du plan B – La vitamine C est un remède NATUREL après les dérapages). (Capture d’écran ci-dessous)

Collage réalisé avec les captures d’écran faites sur la page Facebook “Farusha Evolution”

D’après la femme qui s’y exprime, la prise de 500 milligrammes de vitamine C toutes les deux heures après le rapport sexuel non protégé déclenchera les règles chez la femme et empêchera une grossesse, précisant qu’il s’agit d’un  remède naturel. La vidéo comptabilise à ce jour plus de 11600 j’aime, 420 commentaires et est partagée plus de  3160 fois.

La Vitamine C, essentielle pour l’organisme et la grossesse

Encore appelée acide ascorbique, la Vitamine C joue un rôle important dans l’organisme. On la retrouve principalement dans les fruits et légumes frais mais aussi sous forme de comprimés ou de compléments vendus en pharmacie.

D’après Alvityl (ici), entreprise spécialisée dans la fabrication des compléments vitaminés, la Vitamine C « contribue à la formation normale de collagène pour assurer le fonctionnement normal des vaisseaux sanguins, des os, des gencives, des dents, des cartilages et de la peau. Elle accroît également l’absorption de fer. Elle participe au bon fonctionnement des défenses de l’organisme (système immunitaire). Elle joue un rôle dans le fonctionnement du système nerveux et des fonctions psychologiques. Antioxydante, la vitamine C contribue à protéger les cellules contre le stress oxydatif

Pour les femmes gestantes, le site internet d’informations destiné aux parents et femmes attendant un enfant, parenting.firstcry.com indique que « la vitamine C est souvent recommandée (à doses limitées) pour soutenir une grossesse en bonne santé ». Aptaclub précise (ici) pour sa part qu’elle « est nécessaire à la fabrication du collagène, l’une des fibres qui construit le corps [du] bébé

D’après les « références nutritionnelles pour la population » (ou RNP), qui sont régulièrement mises à jour par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) en France, la dose journalière de vitamine C conseillée pour les adultes et les adolescents de plus de 13 ans est de 110 mg par jour. 

La surdose de Vitamine C peut être néfaste pour la santé

L’auteur de la vidéo conseille aux internautes la prise de « 500 milligrammes de vitamine C toutes les deux heures après le rapport sexuel non protégé». Le “remède naturel” en question repose donc sur la surdose d’un médicament puisque cette posologie entraîne la prise d’une dose plus de 10 fois supérieure (500 mg * 2 = 1000 mg) aux 110 mg journaliers recommandés. 

En ce sens, Mayoclinic met en garde (ici) sur les effets secondaires d’une prise de suppléments Vitamine C au-delà des doses recommandées. Ces effets comprennent entre autres des nausées, des vomissements et la diarrhée, la fatigue et la somnolence, l’insomnie et le mal de tête ou chez certaines personnes, des calculs rénaux, s’ils sont pris à fortes doses.

Un ‘’remède’’ sur fond de légendes…

L’information selon laquelle la vitamine C permettrait d’empêcher une grossesse proviendrait de rumeurs nées d’observations faites sur le cycle menstruel de la femme. D’après ces observations, prendre des doses plus élevées que la normale de vitamine C peut provoquer l’apparition des menstrues plus tôt que prévu.

« Le cycle chez la plupart des femmes va de 28 à 30 jours – des quantités accrues de vitamine C dans votre corps peuvent réduire les niveaux de progestérone et augmenter les niveaux d’œstrogène, provoquant la relaxation de l’utérus et le début des menstruations. (…)  Cependant, il n’existe aucune information scientifique fiable pour confirmer que l’apport en vitamine C peut prévenir la grossesse ou mettre fin aux chances de grossesse.», indique l’article publié sur FirstCry Parenting (ici)  

D’après Healthline.com, un site internet dédié à la santé aux Etats-Unis,  qui s’est également penchée sur la question (ici), les allégations selon lesquelles la vitamine C peut provoquer un avortement peuvent provenir d’un article de journal russe source fiable à partir des années 1960. Cette étude, qui n’est plus imprimée, n’a pas utilisé les méthodes de recherche scientifique modernes. Depuis lors, la recherche a montré que cette méthode est inefficace. Une revue d’études réalisée en 2016 a révélé que la prise de vitamine C n’avait aucun effet sur la grossesse et n’augmentait pas le risque de fausse couche.

Remède non fiable selon les spécialistes de la santé

Contrairement aux conseils donnés dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, la Vitamine C, d’après les recherches et les spécialistes consultés par la rédaction de Togocheck est plutôt prescrite par les médecins aux femmes qui désirent concevoir.

Une étude du Docteur Cindy McEvoy de l’Oregon Health & Science University à Portland et ses collègues, publiée dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine (AJRCCM) est parvenue à la conclusion qu’une supplémentation en vitamine C chez des femmes enceintes ne parvenant pas à arrêter de fumer a eu un effet bénéfique sur les tests de la fonction pulmonaire du nouveau-né.

Dans un article publié le 30 juin 2022 par Healthline.com, la rumeur selon laquelle prendre de fortes doses de suppléments de vitamine C, plusieurs jours de suite, mettra fin à une grossesse n’est pas fondée. « Qu’il s’agisse de vitamine C, de plantes naturelles ou d’autres substances, il n’existe pas de remède maison pour un avortement sûr. Il n’y a aucune information scientifique crédible suggérant que la vitamine C a un effet sur la grossesse, l’implantation ou la menstruation.», indique l’article.

Une autre étude publiée le 6 mai 2016 sur le site web de Cochrane Library, une collection de bases de données en médecine et autres spécialités de soins de santé, indique qu’aucune perte fœtale ni de fausse couche n’a été observée chez les femmes ayant reçu de la vitamine C (1, 2). 

Le médecin chef de la commune du Golfe 4 à Lomé, Docteur Prisca TALBOUSSOUMA indiquait pour sa part qu’au lieu d’interrompre la grossesse, la vitamine C fait plutôt le contraire. « Parce que la vitamine C permet d’améliorer la qualité des hormones au niveau de la maman, et la qualité du sperme au niveau de l’homme. Donc si la maman prend de la vitamine C et le papa prend la vitamine C, sans se protéger lors du rapport sexuel, il y a plutôt de fortes chances d’avoir une grossesse.» , a-t-elle expliqué.

Pour le professeur au département d’obstétrique et de gynécologie de la branche médicale de l’Université du Texas aux Etats-Unis, Dr Shannon Clark, cité par le site internet du quotidien américain USA Today, la réponse est catégorique : Il n’y a aucune preuve que la prise de fortes doses de vitamine C après un rapport sexuel non protégé empêchera la grossesse en induisant un cycle menstruel, ou provoquera un avortement après une grossesse. 

Et pour Docteur Aaron Lazarwitz,surspécialiste de la planification familiale complexe au département OB-GYN de l’Université du Colorado aux États-Unis,  « il n’y a pas de vitamines ou de suppléments naturels qui peuvent empêcher les grossesses non désirées après des rapports sexuels non protégés, et les gens devraient se méfier de prendre de fortes doses de vitamines ou de suppléments, car cela pourrait très bien comporter des risques pour la santé

Des méthodes contraceptives plus fiables

Préservatifs, crèmes spermicides, anneau vaginal contraceptif, implant, stérilet, pilule du lendemain ou traitements hormonaux ; il existe de nombreuses méthodes contraceptives fiables que peuvent utiliser les femmes au détriment des fortes doses de Vitamine C qui comportent des risques pour la santé. En ayant recours rapidement à l’une de ces différentes méthodes de contraception d’urgence après un rapport sexuel non protégé ou mal protégé, une grossesse non désirée peut être évitée.

« La pilule du lendemain est efficace jusqu’à 5 jours après un rapport sexuel. D’autre part, il existe une autre possibilité : le stérilet du lendemain, encore plus efficace et cela jusqu’à 5 jours aussi. Ce sont les deux seules méthodes pouvant permettre d’éviter la fécondation de l’ovule par le spermatozoïde. », explique à Passeport Santé, le médecin, Catherine Solano (ici)

En conclusion

L’affirmation selon laquelle prendre de fortes doses de compléments de Vitamine C à la place de la pilule du lendemain pour éviter une grossesse ne repose sur aucune preuve scientifique. La vitamine C est un antioxydant, nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme. Mais en prendre de fortes doses peut conduire à des effets secondaires néfastes pour la santé sans toutefois faire éviter la grossesse.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Related Posts
Read More

Aucune preuve que cette vidéo montre un enfant décédé après avoir ramassé une pièce de 100 F

Dans des groupes WhatsApp une vidéo suivie d’une note vocale en mina annonce qu’un enfant serait mort après avoir ramassé une pièce de 100 FCFA par terre sur le chemin d’école. Mais, d’après les recoupements de la rédaction de Togocheck et FGI-Bénin, il n’y a aucune preuve d’un lien entre les événements de cette vidéo et le récit relaté dans le message vocal.