Covid-19: Les températures de 26 ou 27 degrés ne détruisent pas le virus

Une information indiquant que le coronavirus Covid-19 peut être détruit s’il est exposé à des températures allant de 26 à 27 degrés, circule sur les réseaux sociaux. L’une de ces publications sur Facebook faite par l’internaute Andy Kent, le 17 mars 2020, invite à s’exposer au soleil parce que le virus ne résiste pas à la chaleur et est détruit à une température de 26/27 degrés.

Ces mêmes informations sont relayées par des blogs comme Les Chroniques d’Arcturius qui interdisent la prise de boissons fraiches mais recommandent la consommation de boissons chaudes qui auraient des effets neutralisants sur le virus.

Des recherches effectuées par Togocheck et d’après les avis des experts que nous avons contactés, il s’agit d’une fausse information.  

Ce que disent les spécialistes

Les spécialistes du ministère de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins au Togo, et ceux de l organisation mondiale de la santé au Togo, contactés par Togocheck, confient que pour le moment, l’effet de la chaleur sur le virus n’est pas encore très bien maîtrisé pour affirmer qu’une température de 26 à 27 degrés puisse le tuer. 

En France, les observations faites par les praticiens de la santé font état de températures bien plus élevées pour détruire le virus. C’est ce qui ressort des explications données par Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris, dans un article publié par le média français Francetvinfos . “On estime que le virus n’est plus viable à partir d’une exposition à 56°C pendant 20 à 30 minutes ou à 65°C pendant 5 à 10 minutes”, indique le praticien.


Une équipe de chercheurs a étudié la température à laquelle le virus peut survivre. L’article titré «Stabilité du coronavirus SRAS dans les échantillons humains et l’environnement et sa sensibilité à la chaleur et à l’irradiation UV » ( le titre original est en anglais) présente les résultats de cette étude, publiés sur le site internet du centre national d’information sur la biotechnologie (NCBI), un organisme américain. Selon les chercheurs, «Les virus sont restés stables à 4°C, à température ambiante (20 ° C) et à 37°C pendant au moins 2h sans changement remarquable de la capacité infectieuse des cellules, mais ont été convertis en non infectieux après -90, -60 et une exposition de 30 minutes à 56 degrés C, à 67 degrés C et à 75 degrés C, respectivement.» Ces chiffres sont bien au-delà de ceux mis en exergue par les publications citées plus haut.

L’Organisation Mondiale de la Santé souligne que le virus de la COVID-19 peut se transmettre sous les climats chauds et humides: ” D’après les données dont on dispose jusqu’à présent, le virus de la COVID-19 peut se transmettre dans toutes les régions, y compris les zones chaudes et humides”. 

En conclusion…

Il est reconnu qu’une exposition à des températures extrêmes allant de -60 à -90° ou allant de 56 à 75°C peuvent détruire le virus. Mais, d’une part, il s’agit en effet de températures bien supérieures à celles contenues dans les publications largement partagées sur les réseaux sociaux. 


D’autre part, il s’agit de températures  extrêmes auxquelles le corps ne peut pas être exposé sans subir de dommages. Ainsi, vu qu’à ce jour, aucun remède officiel n’a été trouvé à la maladie, le meilleur moyen de se protéger contre la COVID-19 est de pratiquer les gestes barrières et de se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon. Le lavage des mains élimine les virus qui pourraient s’y trouver et évite qu’on ne soit contaminé en se touchant les yeux, la bouche ou le nez, précise l’OMS.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Related Posts
Read More

Preuves insuffisantes pour affirmer que les vaccins contre la Covid-19 causent des troubles des voies urinaires

il est trop tôt pour établir un lien entre les vaccins contre la Covid-19 et les symptômes urinaires. Il rappelle que la balance bénéfices-risques des vaccins contre la covid 19 demeure bénéfique. Les preuves sont donc insuffisantes pour affirmer que le vaccin contre la Covid-19 est à l’origine de l’incontinence urinaire. Tout comme l’indique la conclusion de l’étude citée, d’autres études sont nécessaires pour tirer une conclusion.