Ces alertes sur un virus et une campagne mondiale de vaccination sont fausses

À ce jour, aucune information officielle liée à l’apparition d’un nouveau virus dans le monde n’ a été communiquée ni par les autorités sanitaires, ni par les gouvernements.
Illustration

Deux messages audio respectivement de 3 minutes 59 secondes et 2 minutes 21 secondes sont depuis quelques jours relayés sur WhatsApp. 

Capture d’écran des messages relayés par un utilisateur dans un groupe WhatsApp le 11 octobre 2023

Leurs auteurs, deux hommes, prétendent mettre en garde les africains contre un prétendu virus qui sévirait dans le monde. Un prétexte utilisé par les occidentaux pour préparer et introduire en Afrique un vaccin mortel afin d’y réduire la population. Et pourtant, suite aux recoupements de la rédaction de Togocheck et Niger Verif, ces allégations ne sont pas fondées.

Que disent les messages ?

Les deux hommes s’expriment en mina, une langue largement parlée au sud du Togo, lors d’un échange qui a l’air d’une conversation de groupe. 

« Allo Monsieur TENGUE, j’aimerais te parler de quelque chose, quand j’avais pris la parole précédemment », affirme l’auteur du premier message qui dure 3 minutes 59 secondes. Aussi, poursuit-il, à compter de ce 10 octobre toutes les communications mondiales sur internet seront coupées, de même que les médias. Un nouveau virus a fait son apparition et trouble le monde. Pour cela, une campagne de vaccination mondiale a été lancée et des vaccins nous seront envoyés clandestinement en Afrique pour vacciner les adultes et les enfants. Le but de cette campagne de vaccination serait en réalité de réduire la population mondiale. Et les gouvernements sont complices. Les personnes peu résistantes mourront quelques minutes après leur réveil. Mais les plus résistantes pourront tenir plus longtemps avant de rendre l’âme. Les enseignants aussi sont complices pour accepter les médecins dans les écoles afin de faire les injections aux enfants. J’invite les gens à refuser de se faire vacciner ou à vacciner leurs enfants.

L’auteur du second message vocal, de 2 minutes 21 secondes, déclare quant à lui s’appeler Messan Agbetiko résidant aux Etats-Unis. Après écoute de son message vocal, on remarque qu’il vient confirmer les propos de son prédécesseur, signalant également que le vaccin est déjà sur le territoire ivoirien et que la vaccination y avait commencé la veille, sans toutefois préciser une date. Aussi, poursuit-il, les autorités veulent imposer ces vaccins.

Selon ces audios, cette alerte semble concerner le mois d’octobre, mais aucune précision n’est donnée sur l’année en question. Les recherches pour retrouver et identifier les auteurs de ces deux notes vocales afin de vérifier la source de leurs informations n’ont pas donné de résultats

Un virus mortel en circulation dans le monde ? 

Depuis la crise sanitaire mondiale due à la Covid-19, les messages et alertes sur une supposée réduction de la population mondiale par les occidentaux, ou encore l’envoi de produits de santé de qualité douteuse en Afrique pour y réduire la population, font florès sur les réseaux sociaux.  Cette situation donne lieu à une certaine méfiance des populations vis-à-vis des programmes gouvernementaux de santé, entre autres. 

L’alerte prétendument lancée à travers cette conversation s’inscrit dans le même régistre. Mais, plusieurs indices indiquent que les informations véhiculées dans cette série de messages sont fausses. 

D’un : Les auteurs des messages n’ont donné aucune source de leurs informations, et n’ont donné aucune précision temporelle, notamment l’année où les événements sont censés se dérouler dans leurs messages. Un manque de précision qui laisse planer des doutes sur la crédibilité de leurs alertes.. 

De deux : L’information selon laquelle les communications, Internet et les médias seront coupées le 10 octobre est fausse. Puisque à la date du 17 octobre, où nous rédigeons cet article et bien avant, ni les communications, ni internet, ni les médias n’ont subi aucune perturbation importante ni au Togo, ni dans aucun pays ayant entraîné une réaction mondiale

De trois : D’après les différentes sources concordantes, même si dans certains pays, des campagnes de vaccination isolées contre des pathologies spécifiques sont lancées, aucune alerte du niveau de la Covid-19 n’a entraîné le lancement d’une campagne de vaccination sur la période en cours.

Des campagnes de vaccination en cours ? 

D’après nos recherches avec les mots clés sur Google, en août 2023, les autorités sanitaires ont détecté un nouveau variant du virus de la Covid-19 dénommé «variant BA.2.86». Ce variant du virus, qui selon l’organisation mondiale de la santé est porteur de nombreuses mutations, est sous surveillance. Mais, cela n’a entraîné aucune alerte mondiale. 

Par ailleurs, selon un article en date du 2 octobre 2023 publié par le média français leschos.fr, une campagne de vaccination contre le papillomavirus (virus responsable du cancer du col de l’utérus) a été lancée dans les collèges en France en début octobre 2023. Mais, ce virus n’a pas été découvert récemment et aucun décès lié à son vaccin n’a été signalé jusqu’à présent. D’après l’article, cette vaccination non obligatoire, mais volontaire a été initiée à cause du taux élevé des cas de cancers enregistrés chaque année.

Au Togo, selon les précisions du conseiller en communication du ministère de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins, Kalédjora BANASSIM, que nous avons contacté, aucune campagne de vaccination contre un présumé virus n’est ni annoncée, ni en cours. 

D’après ce dernier, le ministère chargé de la santé a plutôt lancé depuis le 7 octobre 2023 une campagne de distribution de moustiquaires à imprégnation durable (ici, ici). Il est également prévu une campagne de vaccination contre le cancer du col de l’utérus causé par le papillomavirus, pour les adolescentes âgées de 9 à 14 ans, mais cette dernière n’est pas encore lancée.

En Côte d’Ivoire, pays mentionné par l’un des lanceurs d’alertes comme ayant déjà procédé à la vaccination avec des substances mortelles, le gouvernement n’a lancé aucune campagne de vaccination contre un virus spécifique, apprend-t-on de source officielle.

Selon les informations recueillies auprès des services du ministère de la santé de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle en Côte d’ivoire, la dernière campagne de vaccination en date dans le pays s’est déroulée du 22 au 25 septembre 2023 et a concerné la poliomyélite. 

Pour conclure… 

À ce jour, aucune information officielle liée à l’apparition d’un nouveau virus dans le monde n’ a été communiquée ni par les autorités sanitaires, ni par les gouvernements. Et, aucune campagne de vaccination contre un quelconque nouveau virus n’a été annoncée par le gouvernement togolais.


Article produit conjointement par Togocheck et Niger Verif, avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dans le cadre d’un projet de jumelage entre initiatives francophones dans la lutte contre la désinformation.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Related Posts
Read More

Attention : Les conseils de cette coach sur la Bétadine jaune ne sont pas fiables

Lors d’un direct sur sa page Facebook, l’influenceuse ivoirienne, Coach Hamond Chic conseillait à ses suiveurs, notamment les femmes, de faire leur toilette intime avec de la Bétadine Jaune avant leurs rapports sexuels. D'après la coach, cette pratique permettrait d’améliorer la qualité des rapports sexuels et de lutter contre les infections génitales. Mais, selon les spécialistes de la santé, cette pratique peut se révéler dangereuse pour la santé de la femme.