Lutte contre la désinformation: bilan satisfaisant de la formation de formateurs, des jeunes de la région des Savanes 

L’atelier de formation des jeunes des préfectures de Tône, Kpendjal-Ouest, Cinkassé et Kpendjal dans la région des Savanes a pris fin le 31 mai 2024 à Kara. Pendant deux semaines, le Centre d’observation et d’analyse du web (COAWEB) initiateur du média de vérification des faits Togocheck, a donné les outils nécessaires aux participants pour identifier les fausses informations et vérifier les faits. 

Au total, quarante jeunes ont pris part à cette formation réalisée avec l’appui de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), à travers son Programme régional d’appui aux pays côtiers (PRAPC). 

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme de sensibilisation et de formation à l’endroit des communautés de la région des Savanes sur les techniques de lutte contre la désinformation. 

Elle vise à limiter la propagation des fausses informations, surtout dans la région des Savanes. Face à la situation sécuritaire actuelle dans cette région, les populations assistent à une vague de désinformation sur les réseaux sociaux qui crée la confusion et la peur au sein des communautés. 

La formation s’est tenue en deux vagues. La première s’est déroulée du 20 au 24 mai 2024 et a réuni des jeunes des préfectures de Tône et Kpendjal-Ouest. La seconde a regroupé ceux de Cinkassé et Kpendjal, du 27 au 31 mai 2024.    

A l’issue de la formation, les participants se disent satisfaits. De retour chez eux, ils sensibiliseront à leur tour leurs communautés pour mieux lutter contre la désinformation. 

« Avant cette formation, c’est vrai que nous étions sur le terrain, nous faisions des sensibilisations mais nous avions tant cherché à connaître l’utilisation des réseaux sociaux pour pouvoir impacter positivement nos communautés mais nous manquons des techniques et des moyens pour pouvoir utiliser ces outils pour passer nos messages de sensibilisation sur les réseaux sociaux », a déclaré Azizi SEDOU, un participant.

Il ajoute: « aujourd’hui avec formation, nous sommes outillés sur deux côtés. Nous allons sensibiliser nos communautés sur la cohésion sociale qui est un problème très sérieux sur les réseaux sociaux que nous voyons chaque temps. Nous pouvons travailler sur la désinformation et en même temps sensibiliser nos communautés ».

Pour sa part, Assatou DOUTI, assistante sociale à Cinkassé declare avoir été assez outillée pour vérifier les informations. « Au bout de ces 5 jours de formation, j’ai appris beaucoup de choses très importantes. Par exemple, quand je recevais une information ou une vidéo, certaines me faisaient douter mais je ne savais pas comment vérifier si c’est vrai ou faux. Je me réservais quand même de partager. Mais là je sais comment vérifier si des informations sont vraies ou fausses».

Elle se dit contente d’avoir participé à la formation et promet utiliser à bon escient les outils. « Je suis très contente d’avoir participé à cette formation. Nous avons appris des choses tellement utiles pour nous que nous allons également transmettre  à nos frères et sœurs dès nos retours dans nos communautés »

Amener les citoyens à ne pas transmettre de fausses informations qui circulent en ligne, afin de contribuer à la résilience dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au nord du Togo, c’est l’un des objectifs du PRAPC. 

Il s’agit aussi toujours dans le cadre de ce programme d’associer des influenceurs locaux à créer des contenus pour mieux sensibiliser les populations à lutter contre la désinformation. 

« Au début, nous voulions beaucoup être édifié sur la manière de contrer certaines fausses informations et effectivement, au cours de la formation, nous avons appris certaines techniques de vérification des informations et certains outils. Nous avons été étonnés de savoir que notre téléphone que nous tenons chaque jour est un grand outil pour pouvoir contrer la désinformation.” souligne Adama SIBITI un autre participant venu de Cinkassé.


“Après la formation, nous connaissons comment utiliser le téléphone pour pouvoir faire des vérifications des informations. Nous savons déjà qu’à chaque information reçue, il faut au moins avoir l’esprit critique et se poser beaucoup de questions d’abord » explique-t-il. 

Une fois dans sa localité, il souhaite sensibiliser sa communauté : 

 « Nous savons que, ne connaissant pas l’origine d’une information, il faut souvent douter de cette information, ce qui va nous amener à vérifier sa source et chercher à contrer cette désinformation. Nous avons aussi appris comment faire les sensibilisations au niveau de nos communautés pour les aider à ne pas distiller de la désinformation ou à partager certaines fausses informations. Note objectif est de pouvoir lutter contre la désinformation dans notre localité en particulier et au Togo en général  »

A l’issue de la formation, les participants de retour dans leurs communautés rencontreront les autorités locales pour leur rendre compte de leurs nouvelles compétences acquises. Ils organiseront aussi des ateliers de restitution auxquels prendront part, les autorités locales et les populations de leurs différentes localités.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Related Posts